Back to TOP
  • Sur les routes namuroises

  • En Brabant Wallon

  • Yorkshire Dales

  • En route vers le Kirstone Pass dans le Lake District

  • En mode tout terrain dans les Dales

  • Dans le Yorkshire

  • Aube brumeuse à Profondeville

  • Sur les routes au coucher du soleil

  • Petite escapade autour de Bruxelles

Destination choisie "Allemagne"

66,61 km – 4:05:21 – 16,29 km/h

Après un petit-déjeuner à l’hôtel et avoir fait nos sacs avec notre linge tout propre, nous quittons Garmisch-Partenkirchen par le même chemin enchanteur qu’avant-hier.

Le long du chemin de ferLe long du chemin de fer

Le début longe le chemin de fer et quelques bâtiment industriel, mais très vite on se retrouve à nouveau en pleine nature. En jetant un coup d’oeil par-dessus l’épaule, on peut voir Garmisch disparaître doucement.

Au-revoir GarmischAu-revoir Garmisch

Il n’y a pas un nuage, et il va faire encore une fois très chaud aujourd’hui. Pour le moment, on profite de la rivière.

En chemin, on fil un coup de main à un cycliste local qui a un soucis avec son pédalier. Le pas de vis de sa pédale est malheureusement fort abîmé, mais avec l’aide de mon multi-outils, on parvient à la coincer tant bien que mal sur la manivelle. De quoi atteindre Garmisch et de trouver une meilleure solution…

Le balisage du Bo-Ko laisse à désirer par endroits, mais pas de quoi se perdre vraiment.

Pour midi, nous nous arrêtons en bordure de forêt, juste à côté d’une prairie avec des vaches.

Vache

On mange des ramen « goût canard » achetés ce matin au magasin proche de l’hôtel. Ca peut paraître étrange de manger des pâtes chaudes alors qu’on est en voyage, mais c’est une formule qui nous convient bien. Ca permet d’éviter la monotonie du pain/saucisson, c’est assez digeste (ce qui est important quand on doit encore pédaler une belle partie de l’après-midi) et pas trop copieux.

Après un long passage en forêt, on retrouve des paysages plus ouvert qui nous offrent de très belles vues.

A beaucoup d’endroits, on voit des tracteurs qui coupent l’herbe, retournent le foin, le mettent en ballots, ou même qui ramassent l’herbe tout fraîche pour la mettre en silo. Le tout nous gratifie d’un agréable parfum d’herbe fraîchement coupée.

Grosse chaleur, ou contre-coup de la journée de repos, Brig se sent fatiguée.

Vers seize heures, on arrive au camping du Bannwaldsee. Le camping est immense, et on est conduit à notre emplacement en suivant un quad. On est placé tout près de l’eau. Brig en profite pour se baigner ; je n’y mettrai que les pieds. Je trouve l’eau bien fraîche tout de même.

On soupe au restaurant du camping. Les portions sont à nouveau énorme et, si nos plats sont bons, c’est tout de même du lourd !

Avant de dormir, on profite des dernières lueurs du jour qui se reflètent encore dans l’eau du lac.

Fin du jour en bord du lacDernière lueurs du jour sur le lac

Journée OFF, sans vélo.

Après le petit-déjeuner à l’hôtel, nous partons vers les gorges de Partnachklamm qui seront notre attraction du jour. Un endroit à voir absolument si on vient à Partenkirchen.

Le centre de GarmischLe centre de Garmisch

Mais avant d’arriver jusque là, nous repassons dans la rue commerçante de Garmisch. Les magasins sont désormais ouverts et nous faisons un peu de shopping. Brig achète une belle paire de chaussures qu’on envoie chez mes parents pas la poste (on n’a pas de place pour les emmener avec nous !), et je trouve chez Odlo un beau maillot de vélo, bien aéré et en promotion.

La ville est entourée de montagnesLa ville est traversée par l’eau, et entourée de montagnes

On continue notre promenade et on rejoint Partenkirchen, la partie la plus ancienne de Garmisch-Partenkirchen. Le village a beaucoup de charme, avec ses bâtiments anciens bien conservés (ou restaurés) et une ambiance paisible. A refaire, c’est de ce côté-ci qu’il faut chercher un hôtel !

On s’installe en terrasse pour un repas qu’on souhaite léger. La nourriture en Allemagne est bonne, mais les portions sont partout énormes et parfois un peu lourdes à digérer. Brig prend une lebersoup (un bouillon avec du boudin blanc), et moi je me décide pour un Kaiserschmarrn qui se trouve parmi les plats et pas au milieu des desserts où je l’aurait cherché spontanément. Le Kaiserschmarrn, ce sont des morceaux de crêpes caramélisés, servis avec de la compote de pomme. Je garde un souvenir ému du soir où nous avons découvert ce plat, en Autriche, sur la Via Claudia.

KaiserschmarrnKaiserschmarrn

Il est juste parfait, c’est un véritable régal. Si l’assiette ne paraît pas si grande au premier abord, elle est pourtant fort copieuse. Je suis content que Brig se propose de m’aider…

Après ce festin, on passe devant le tremplin de saut à ski datant des JO de 1936, avant d’entamer la route qui amène au pied des gorges.
Dès la caisse franchie, on est directement envelopper dans ces gorges profondément creusées dans la roche.

PartnachklammPartnachklamm

Les gorges sont naturelles, et le torrent était utilisé naguère pour faire descendre vers le village le bois qui était coupé au dessus des gorges. Il arrivait bien sûr que les troncs se coince dans le passage, et de courageux ouvriers devaient descendre tant bien que mal pour les libérer. Autant dire que c’était dangereux.

Fin du 19e siècle, on a perçu le potentiel touristique de ces gorges, et elles ont été progressivement aménagées pour que l’ont puisse venir les admirer sans (trop) de risque.

Le cheminement est désormais sécuriséLe cheminement est désormais sécurisé

Le passage y est sécurisé. On reste par contre soumis aux éclaboussures et surtout à l’eau qui ruisselle le long des parois.
Une fois parvenu au bout des gorges, on peut choisir de faire demi-tour, ou bien grimper un peu et redescendre par un sentier qui domine les gorges et offre une vue un peu différente.
C’est l’option qu’on choisit. Puis, arrivé en bas, on refait un passage dans les gorges !

Abords champêtre de PartenkirchenAbords champêtre de Partenkirchen

Les abords de Partenkirchen sont champêtres. On s’y promène au cours des pâturage parsemés de petites granges.
On se dirige vers la piscine, où nous entrerons gratuitement grâce à la « carte de séjour » offerte aux résidents de l’hôtel…

A l'arrière-plan, le tremplin de saut à skiA l’arrière-plan, le tremplin de saut à ski

On mange dans un resto typiquement bavarois, avec serveurs en lederhosen (culotte de cuir) et serveuses en dirndl (robe traditionnelle bavaroise).
Puis c’est le retour à l’hôtel. On est tous les deux fatigués !

103,83 km – 6:28:11 – 16,05 km/h

Bonne nuit au camping, malgré les passages de trains qui klaxonnent bruyamment. Notre emplacement est à l’extrémité du camping, qui lui-même jouxte la voie de chemin de fer et son passage à niveau…

On se lèvre assez tôt et on déjeune avec des Bel-vita et du thé. Démarrage vers 9h20.

Le début du parcours, qui aurait pu être notre fin de parcours hier soir, se révèle vite très pentu. On roule sur des chemins en gravier, en forêt, à l’abri du soleil qui donne déjà beaucoup.

Une ferme croisée sur le cheminUne ferme croisée sur le chemin

Les chemins sont déserts, on a le paysage pour nous tout seuls !
Enfin, on croise tout de même pas mal de voyageurs à vélo. Beaucoup de personnes plus âgées, mais quelques couples de notre âge aussi.

Quel calmeQuel calme… »

Avant d’arriver au Tegersee, on traverse une forêt qui présente un joli dénivelé.

Joli passage en forêtJoli passage en forêt

Le Tegernsee est joli. Mais quel circulation !
Brig va acheter des pâtisseries pour compléter notre déjeuner, avec en prime une petite douceur qu’on gardera pour le quatre heures.

Le Bo-Ko longe un moment le lac, avec de le quitter sur la droite. Un embranchement qu’on a manqué, occupés qu’on était à contourner le gros camion qui était garé sur la piste cyclable précisément à la bifurcation. Heureusement que Brig a le sens de l’orientation et qu’elle avait la carte en tête.

Le Bo-Ko monte donc, vraiment fort même, à travers un parcours de golf. La vue, une fois arrivé au sommet est magnifique.

Les chemins s'enchaînent et offrent de très beaux paysagesLes chemins s’enchaînent et offrent de très beaux paysages

Les passages de « gravel » s’enchaînent, parfois assez techniques, voir même piégeux. A un moment, je suis à deux doigts de me mettre au tas dans une descente où le gravier devient soudain profond et mou.

Une grange dans les pâturesUne grange dans les pâtures

Dans un villageDans un village

Au moment de manger le quatre heures, il se met à pleuvoir. Une famille de cyclistes s’arrête en catastrophe à hauteur du banc sur lequel nous sommes installés pour enfiler leurs K-way. Il n’en est pas question pour nous : il fait tellement chaud !

Avec la pluie, la température chute d’environ dix degrés. Il fait maintenant vingt-deux degrés, ce qui devient plus supportable.

La pluie est légèreLa pluie est légère

On quitte le Bo-Ko à Eschenlohe pour rejoindre Garmish-Partenkirchen où nous passeront les deux prochaines nuits. Le chemin monte légèrement dans la vallée. On doit passer des « cattle-grid » et passer des barrières à bétail… Un beau petit goût d’aventure et une bien belle façon d’arriver « en ville ».

La remontée de la vallée vers Garmish-PartenkirchenLa remontée de la vallée vers Garmish-Partenkirchen

L’hôtel est à Garmisch, mais un peu à l’écart du centre ville, sur la grand’route. Il est un peu daté et vaguement kitsch, mais ça fait précisément partie du charme de ces petits hôtel familiaux. Et puis il y a une foule de petites attentions qui ne me laissent pas insensible : le petit canard qui garni le tapis de douche, le nécessaire à couture accroché au mur, etc.

On s’installe, et on profite de la possibilité de faire laver notre linge pour rafraichir notre garde-robe.

Ensuite on sort manger en ville au Mukkefuck, un restaurant de cuisine locale. Un régal. On fait un petit tout dans Garmisch, très calme, avant de rentrer nous coucher.

82,89 km – 5:03:55 – 16,36 km/h

Il a plu pendant la nuit et, au matin, on découvre nos trois jeunes voisins adolescents motards qui ont dormi à la belle étoile, juste dans des sacs sur des matelas. Leur minuscule tente ne servait qu’à abriter leurs casques, et la réserve de bière. A chacun ses priorités…

Démontage du campDémontage du camp

Petit-déjeuner au porridge (on a emmené un sac avec des flocons d’avoine mélangés à du raisin sec et du sucre). En l’absence de la tasse qui nous sert de mesure à la maison, je fais un mélange au pifomètre, et ce sera donc… copieux !

On replie et on part pas trop tard, vers neuf heures quinze.

Il fait déjà chaud, de bon matin, le long du chemin de ferIl fait déjà chaud, de bon matin, le long du chemin de fer

On part en direction de Bernau am Chiemsee pour rejoindre le tracé du BöKö Radweg. Nous longeons le chemin de fer et les paysages dont d’emblée engageants

Nous quittons le Chiemsee et roulons sur des pistes cyclables le long de routes assez fréquentées.

Belle piste cyclable, à l'abri de la circulation...Belle piste cyclable, à l’abri de la circulation

Ca descend beaucoup pour commencer la journée, c’est très plaisant.
On fait une petite pause à Neubeuern dont la place est superbe.

Le soleil nous accompagneLe soleil nous accompagne

Après avoir longtemps roulé dans la plaine, une longue et éprouvante montée nous attend maintenant… Quand on pense qu’elle va se terminer, elle continue et reprend de plus belle. C’est vraiment dur sur les mollets…

On monte chacun à notre rythme et j’aurai le loisir d’attendre un petit peu au sommet et d’envisager un endroit pour le pic-nic.

Stop au sommet pour le pic-nicStop au sommet pour le pic-nic

On s’assied dans la prairie en bord de route, avec une belle vue sur les alentours. Pendant que nous mangeons nos nouilles, on peut observer les cyclistes qui terminent la montée du versant que nous nous apprêtons à dévaler dès la cantine rangée.

Prairie et montagnePrairie et montagne

On se lance donc dans la descente qui nous mène au Schliersee. On passe derrière le camping qui semble déjà bien rempli. Vu la foule, on décide de pousser jusqu’au Tegernsee.

Quelques kilomètres plus loin, nous faisons une pause pour manger un petit quelque chose sucré, et ma foi, avec la chaleur et les kilomètres qu’on a déjà dans les jambes, on se dit qu’on s’arrêterait volontiers là.

Les odeurs d'herbe fraîchement coupée nous accompagneront tout au long du voyageLes odeurs d’herbe fraîchement coupée nous accompagneront tout au long du voyage

On regarde vite sur Booking les possibilités de logement ou camping au Tegernsee, un peu inquiet de voir les campings déjà complets. On est samedi, il fait un temps splendide et, reconnaissons le, les lacs sont un sacré point d’attraction pour les touristes et les voyageurs.

On finit par se décider pour un demi-tour en direction de Schiersee, voir si on peut encore trouver une petite place malgré tout ; il n’est pas encore trop tard quand même…

Je pars en éclaireur vers le camping « Lido »… et heureusement, puisqu’on est en vélo et si on accepte de se serrer un petit peu avec les autres cyclistes, on peut avoir de la place !

Bri pourra aller faire un saut dans l’eau. La plage a été prise d’assaut aussi par les campeurs qui y installent leur tente. Placés à l’autre extrémité du camp, on n’est finalement pas si mal mis.

On mange au resto du camping. C’est très bon !
On fait une petite promenade digestive en direction du centre de Schliersee.

Balade dans le jour finissantBalade dans le jour finissant

De l’autre côté du lac, le vent s’est levé. On se dit qu’il ne faudrait pas trop trainer pour ne pas se prendre une drache sur la tête avant d’avoir rejoint le camping. Mais rentre dans la tente sans s’être pris un goutte…

106,20 km – 6:15:18 – Vmoy 16,97 km/h – Vmax 49,6 km/h

La nuit a été mouvementée avec un bel et gros orage qui arrose copieusement le camping.
Au matin, la brume se lève assez vite et découvre les sommets alentours : magique !

Le soleil illumine les sommets alentoursLe soleil illumine les sommets alentours

On déjeune rapidement avec un ensemble « biscuits-thé-banane » pendant que nos voisins replient. On les imite, pour être prêts à prendre la route à 9 heures…

C'est la file à l'accueil pour régler la noteC’est la file à l’accueil pour régler la note

On retourne vers Berchtesgaden, le Königsee étant en quelque sorte un cul de sac sur notre parcours.

Le long de la rivièreLe long de la rivière

Après le sentier qui longe la rivière, on doit emprunter une grand route à grand trafic. C’est beaucoup moins bucolique. Mais le passage n’est pas trop long et on se retrouve à nouveau à l’écart de la circulation.

Gravel!Gravel!

Les paysages sont magnifiques (j’ai un peu l’impression de me répéter sur cette série de récits).

Village bavarois sur fond de collinesVillage bavarois sur fond de collines

Nous roulons sur de belles pistes cyclables, ou des routes vraiment calmes. De temps à autre, on traverse un village. Ici, la route est particulièrement escarpée au centre du village. Il fait à nouveau très chaud aujourd’hui.

Grosse pente et belle épingleGrosse pente et belle épingle

On mange en forêt peu avant Torsendorf, à l’abri du soleil. On se « cuisine » un petit plat de pâte, bien installés sur un banc, tout en regardant les cyclistes qui traversent le bois…

A Traunstein, nous décidons de couper un petit peu par rapport au parcours que nous avons prévu pour rejoindre plus rapidement le Chiemsee.

Pont ferroviaire à TraunsteinPont ferroviaire à Traunstein

On rejoint le lac de Chiemsee en roulant sur une belle piste cyclable. Et le lac nous offre de magnifiques vues.

ChiemseeChiemsee

Les rives ne sont pas habitées, et donc sauvages et préservées. On s’arrêterait bien pour profiter encore plus de la vue. Mais il faut rejoindre le camping du jour…

ChiemseeChiemsee

A propos de camping, on se fait une petite frayeur au camping d’Harras : c’est archiplein. Il faut dire que c’est début du week-end. Le tenancier du camping nous indique un autre camping, plus proche de Priem…

Le jour se termineLe jour se termine

Arrivé camping Hofbauer, on trouve un bel emplacement sur de l’herbe bien verte… On n’est certes pas sur la rive du lac, mais finalement on ne regrette pas…

On va manger en ville. Il est déjà un peu tard et on peine à trouver quelque chose d’ouvert. La ville nous semble un peu morte. On finit sur la terrasse d’un italien…

33,99 km – 2:29:06 – 13,67 km/h

Lorsqu’on trace le parcours, on est bien sûr contraints par les endroits où on veut absolument s’arrêter, puis par le cheminement cyclamical, et puis par les possibilités d’hébergement.

Tout ça pour expliquer que l’étape du jour sera très courte…

On se lève de bonne heure, sans pour autant partir très tôt, puisqu’on n’est vraiment pas pressés par les kilomètres qui nous attendent. Pas comme nos voisins de camps, cyclistes eux aussi, qui ont décampé en deux temps trois mouvements.

On fait quelques courses au Spar en passant pour notre déjeuner et pour avoir quelques vivres d’avance.

On déjeune le long de l’eau, au soleil, au son de l’eau qui se fraie un chemin entre les gros cailloux. Une jeune mer se promène en contrebas, au ras de l’eau, son bébé en portage devant elle et son vieux chien en laisse. C’est un bon moment de calme, malgré le tumulte de la Salzach.

Nous roulons vers le Sud. On croise pas mal de gens qui vont manifestement travailler en vélo, des joggers, et des promeneurs.

Passerelle sur la Salzach, à Urstein, AutrichePasserelle sur la Salzach, à Urstein, Autriche

A Hallein, on doit quitter les rives de la Salzach pour passer la montagne et la frontière Autriche-Allemagne. La route vélo n’est pas très bien (voir pas du tout) indiquée et on galère un peu pour trouver notre chemin. On s’offre un petit tour d’Hallein qui est assez mignonne comme ville.

Un homme qui quitte sa maison en vélo nous renseigne sur la route à suivre. Mais malgré ses indications, on doit chercher un peu.

On finit par trouver la petite route qui monte derrière l’église et qui permet de rejoindre la grand’route. Cette pente est absolument démoniaque : je parviens au raccordement sur le vélo, mais j’ai du faire la majeure partie debout sur les pédales.

Dürnberg-Landes strasse, que l'on rejoint par l'AntoniuswegDürnberg-Landes strasse, que l’on rejoint par l’Antoniusweg

La grand’route est beaucoup plus roulante. Mais très vite, on doit prendre à droite direction la frontière. La route est très étroite, ce qui ne retient pas les voitures de l’emprunter. Heureusement que le passage n’est pas trop long. Arrivé au somment, on découvre un magnifique décor d’alpage !

La frontière allemandeLa frontière allemande

Après un passage bien roulant, la route dégringole vers Unterau avec une pente au moins aussi forte que ce que nous avons affronté à la montée… avec peut-être un peu plus de distance. Les freins chauffent ; il n’aurait pas fallu que ça se prolonge beaucoup sans quoi je me retrouvais avec des freins tellement chauds qu’ils ne freinent plus vraiment.

Le reste de la route est plat. On roule le long du Berchtesgadener Ache.

Le Berchtesgadener AcheLe Berchtesgadener Ache

On traverse Berchtesgaden qui est très joli. On aurait peut-être pu s’arrêter ici pour la nuit ; il y avait des hôtels, des restos et un joli centre à visiter. Mais notre but est d’aller voir le Königsee…

Petit chemin en sous-boisPetit chemin en sous-bois

A l’approche du lac, on chemine sous les arbres sur un chemin bien sympathique. On arrive au camping vers midi et demi. La réception est fermée. On décide donc de pousser jusqu’au lac. On y mange les pieds dans l’eau, littéralement. L’eau est glacée et fait du bien pour nous rafraîchir sous le soleil de plomb qui nous écrase un peu.

Pique-nique les pieds dans l'eau, en regardant les canardsPique-nique les pieds dans l’eau, en regardant les canards

Puis, on va de l’autre côté du lac pour aller prendre un jus schorle en terrasse.

Sous le pont de bois couvertSous le pont de bois couvert

Après cet intermède « rafraichissement et hydratation avec vue sur lac », nous retournons au camping où nous pouvons monter le camp. Le terrain n’est pas très folichon. Il y a beaucoup de monde, et je pense que je souffre d’une légère insolation. Je me réfugie à l’ombre d’une grange en bordure de terrain pour souffler un peu.

On retourne au lac à pied, pour faire comme il se doit une petite croisière sur le Königsee. Vu l’heure, on prend un ticket pour Sankt Batholomä. Ce n’est pas le point le plus éloigné du lac, mais on pourra donc y faire un stop, se promener très rapidement avant de prendre le dernier bateau pour rentrer.

Depuis le bateau, les quais de débarquement du KönigseeDepuis le bateau, les quais de débarquement du Königsee

Vu la météo idyllique, la vue est forcément superbe. On voit les courageux qui ont préféré louer une barque…
Le guide donne des indications, en allemand, sur le lac. Il me semble qu’il a un accent assez prononcer et j’ai du mal à vraiment saisir ce qu’il dit. Lorsqu’on parvient à un endroit où le lac se resserre et où deux paroi de roche se font face, le guide sort sa trompette pour nous faire entendre l’écho… Il y aurait moyen de jouer un canon tout seul…

L'église de Sankt Bartolomä, avec un bateau qui accosteL’église de Sankt Bartolomä, avec un bateau qui accoste

On descend à St Bartolomä. On évite soigneusement les boutiques de souvenirs et la buvette pour rendre une petite visite à l’église. Il y a fait frais, et calme. Je pense que l’espace d’un instant je m’imagine sur ce petit bout de terre, entouré l’eau d’un côté et les montagnes de l’autre, sans le trafic incessant des bateaux chargés de touristes…

On s’éloigne rapidement pour une petite promenade vers la fin du lac. On garde un oeil sur la montre, pour être sûr de ne pas louper le dernier bateau du retour.

Le soleil couchant offre de magnifiques lumières.

Le soleil se cache derrière la montagneLe soleil se cache derrière la montagne

On pousse jusqu’au lit de l’Eisgraben, qui nous offre un paysage un peu lunaire. De cet endroit, on peut voir le terminus des bateaux, Salet, à l’extrémité Sud du lac.
Il est temps de faire demi-tour déjà…

EisgrabenEisgraben

Une fois débarqué, on va manger à l’Echostüberl, où nous avons pris un verre dans l’après-midi. Les places sont chaudes ; on doit patienter un peu avant d’avoir une table.
Il fait déjà noir losqu’on quitte le resto, et nous rentrons au camping sous la lueur d’éclairs lointains.

Au moment de rejoindre la tente après le brossage des dents, la pluie commence à tomber. Ce sera un gros orage pendant une bonne partie de la nuit. Heureusement, nous sommes au sec !

Deuxième journée off de notre voyage.
Il ne faut pas s’épuiser sur le vélo. Et puis Salzbourg vaut bien une journée de visite !

On rejoint le centre ville à pied depuis le camping. Une belle petite trotte, qui a de quoi nous ouvrir l’appétit.

On déjeune dans un salon de thé. On a renoncé à celui sur une place qui paraissait un peu trendy mais était bourré, tant à l’intérieur qu’en terrasse. On entre dans une boulangerie/salon de thé située dans la petite rue piétonne adjacente. Et là, malgré que ce soit tout petit, on a de la place.
Les pâtisseries sont excellentes, le café aussi. Le chocolat chaud de Bri un peu moins…

Le château de SalzburgLe château domine la ville

On passe à l’office du tourisme à la recherche d’expo sympa à voir.
En attendant, on monte sur les hauteurs pour voir les points de vue. Ce n’est pas ce qui manque autour de Salzbourg…

La philharmonie de SalzbourgLe bâtiment de la philharmonie, assez particulier

Vue sur Salzburg

On s’éloigne un peu du centre pour aller voir une expo photo au Fotohof. On quitte le beau Salzburg et tout de suite l’ambiance change. Le quartier est un peu triste, en travaux, et pour ne rien arranger les trois-quart des commerces semblent fermés. Les vacances, en ce mois d’août, sûrement ?

Après avoir regardé l’expo du moment (de mémoire, un collectif japonais), Bri demande si on peut voir la deuxième expo consacrée à Inge Morath dont il était question dans notre petit programme trouvé à l’info-tourisme. Surprise : cet expo là se trouve dans un autre lieux, et il faut quelqu’un pour nous y accompagner. Nous accompagnons donc la dame de Fotohof à quelques rues de là dans un immeuble de bureau. Et là, elle nous fait une petite visite guidée privée, partageant avec enthousiasme son intérêt pour le travail d’Inge Morath, photographe autrichienne. Un bon moment et une belle découverte artistique…


Salzbourg, encore

On retourne en ville, qu’on traverse en touristes. Il fait chaud !
Puis nous montons à un nouveau point de vue (nous en aurons fait dans la journée…).

Salzbourg, ville de MozartAh ?! C’est la ville de Mozart ?

Impossible de passer à côté : Salzbourg est la ville de Mozart! Partout, on vend la liqueur et les pralines « Mozart ». Puis sa maison natale, devant laquelle les touristes s’attroupent. Et puis c’est marqué un peu partout, aussi…

Vue sur Salzbourg et le châteauVue sur Salzbourg et le château

Pour le soir, on a envie de manger léger, pas comme ce midi dans cette taverne où c’était fort bon, mais avec les portions à l’allemande. Après quelques recherches sur TripAdvisor, on se décide pour une petite pizzeria bio qui est particulièrement bien classée. On la trouve au bout d’une rue commerçante, quasi à la sortie de la ville. Le commerce ne paie pas de mine, et on s’installe en terrasse, qui est en fait sur le parking arrière. Mais bon sang que les pizza étaient bonnes ! Voilà qui méritait de passer outre l’apparence du lieu !

On rentre au camping à pied, après une journée déjà bien remplie en kilomètres. Le chemin est un peu long, mais ma foi, pas désagréable.
Une fois sortis du centre ville, on doit emprunter des sentiers en bordure de lotissement qui se trouvent être complètement dans le noir. Et là, magie : on découvre un ciel constellé d’étoile ! Une merveille !

70,64 km – 4:05 – 17,23 km/h

Hier soir, on a mangé au restaurant de l’hôtel. Une bonne surprise, par rapport à la devanture qui me faisait craindre de la cuisine un peu simple. Mais on n’avait pas trop envie de redescendre dans la vieille ville, où se situent la plupart des restaurants.

Avant d’aller nous coucher, on a été un peu se balader à l’entrée du château. C’est le plus long château fort du monde : environ 1100 mètres de fortification, avec cinq cours qui se succèdent jusqu’à la demeure de l’ancien archiduc de Bavière du Sud…

Burghausen, la vieille villeLa vieille ville de Burghausen vue depuis la forteresse, au petit matin

Ce matin, après le déjeuner et avant de reprendre la route, on s’offre une promenade dans le château à la lumière du jour. Le panorama sur les alentours est très beau. Et le château très bien conservé (et restauré, tout n’est pas aussi vieux que ça en a l’air…). Parfois on aimerait avoir un peu plus de temps pour vraiment visiter.

Les vélos en acier, ça rouille

On redescent dans la vieille ville pour reprendre notre route le long de la Salzach. On s’arrête sur la place de Burghausen et on achète du fromage à une échoppe ambulante. On traverse le pont pour retourner côté autrichien et je vais chercher des petits pains et une petite couque sucrée à la boulangerie de Ach. Voilà qui accompagnera bien notre fromage de montagne.

(Une petite partie) de la forteresse de BurghausenUne (toute petite) partie de la forteresse de Burghausen, vue depuis la rive autrichienne de la Salzach

Une fois encore le soleil est de la partie. On ne va pas s’en plaindre.
Notre route longe un peu la Salzach, avant de la quitter pour monter sur la colline et nous offrir une vue sur la forteresse. Vue de cette distance, elle est moins impressionnante. Et surtout on voit apparaître derrière la grosse usine qu’on voyait et entendait hier avant de filer sur Burghausen. Quel contraste…

A midi, stop casse-croute sur un chemin en gravier le long duquel on trouve une table à pic-nic. Il y a pas mal de passage, principalement des cyclistes. Je pense qu’on fait des jaloux…

Fromage de montage bavarois. Un petit air de Comté... miam

Après ce passage beau et calme le long du petit cours d’eau, la route redescend assez fort vers la vallée. On y croise une famille bien chargée qui pédale courageusement dans l’autre sens. Vu la vitesse à laquelle on descend, je suis content de ne pas être à leur place…
On profite du bel élan de la descente pour traverser à belle allure une partie de campagne.

On se rapproche de Salzbourg, et notre route longe désormais la ligne de chemin de fer.

L’arrêt de train de Pabing

La vallée est très large. On est dans la plaine, entre les prairies. La grand’route qu’on entend un peu, est suffisamment loin pour ne pas trop nous gêner. Et au loin, on voit les montagnes.

Après un peu d’hésitation, de fausse route et de demi-tour, nous arrivons à Salzbourg (il manquait une flèche ou deux, à un moment).
Il y a un monde fou à Salzbourg. Beaucoup de touristes, probablement. Mais aussi pas mal de monde qui se déplace à vélo le long de la Salzach. La rive est aménagée à la fois pour les piétons et pour les cyclistes, avec des voies séparées.

Le long de la Salzach, la piste cyclable à gauche, et la piste piétonne à droite

Notre camping est en dehors de la ville, à Aigen. Un peu plus loin que prévu. Avantage : on est dans la nature. Et le camping est particulièrement sympa : beaucoup de verdure, pas trop de monde, et une belle vue sur la montagne environnante !

Camping with a view

On ressort à pied pour chercher un restaurant. On laissera tomber un premier qui a bonne réputation mais dont les prix sont trop élevés pour nous. On mange finalement au resto d’un hôtel pas très loin. Pas trop bon marché non plus, mais on mange très bien…

97,59 km – 15,51 km/h

Après un bon petit-déjeuner à l’hôtel, nous partons en direction de Burghausen.

La météo est bonne, très bonne même. Il fait déjà très bon et on va pouvoir rouler en maillot court dès le matin.

On traverse le Danube, puis l’Inn en empruntant la passerelle piétonne. On jette un dernier regard vers la vieille ville de Passau.

Dès qu’on mettra les roues sur l’autre rives de l’Inn, on passera en Autriche pour la journée… avant de traverser la Salzach pour retourner en Allemagne pour l’étape du jour.
Mais je vais un peu vite. Une petite centaine de kilomètres nous attendent d’ici-là.

Depuis la passerelle piétone qui surplombe l'Inn, vue sur PassauDepuis la passerelle qui surplombe l’Inn, dernier regard vers Passau

On se retrouve donc rapidement en Autriche, sur une petite route qui suit la voie de chemin de fer. Le route se transforme rapidement en chemin, et nous sommes donc sur des voies sans aucune circulation. Que rêver de mieux pour démarrer le voyage ?

Notre chemin suit la voie de chemain de ferLe chemin cycliste suit la voie de chemin de fer

Difficile de connaître le niveau habituel de la rivière, mais il nous semble bien élevé. Le résultat de la tempête de la fin de semaine. Même si le début est plutôt calme.

Sur l’autre rive, de jolies petites choses à regarder tout en pédalant…

Le long de l'InnLe long de l’Inn

Par contre, on est régulièrement ennuyé par des arbres tombés sur notre chemin. On en passe quelques-uns en portant les vélos. On a beau avoir été raisonnable au niveau bagage, ce n’est quand même pas de tout repos. Je me félicite de ne pas avoir emmené la remorque. Avec tous ces obstacles, je serais bon pour décrocher à chaque fois.

Les chemins sont barrés... les arbres tombés rendent de toute façon la progression très difficileA certains endroits, les chemins sont barrés en attendant d’être dégagés des arbres tombés

On croise quelques cyclistes, dont un qui nous conseille de quitter le halage pour traverser le bourg suivant, afin d’éviter tout un passage vraiment pénible. Ses compagnons de voyage arrive au moment où nous le quittons, visiblement découragés par ces passages difficiles.

Heureusement, même si nous aurons encore quelques passages difficile plus loin sur le chemin, on poursuivra la journée sans plus être trop embêté. On dépassera par contre plusieurs équipes en train de tronçonner…

Là juste derrière, l'autoroute...Très gros panneau, le long de l’autoroute

Notre chemin couvert de gravier, est magnifique. On longe l’autoroute, mais à une bonne distance.
Vers midi, on se décide à casser la croûte. On a prévu comme les dernières fois des sachets de pâtes à cuire. Léger (à porter) et digeste dans l’effort. La portion est petite pour deux, mais au besoin on a des barres de sésame… et la possibilité d’aller se ravitailler en route.

Petite tambouille sur la riveMoment cuisine au bord de l’Inn

Le chemin est magnifique. En gravier, certes, mais assez roulant tout de même. Sinueux à souhait, offrant de belles vues, et éloigné de la circulation !

Chemin de rêveChemin de rêve en gravier

Passerelle en bois surplombant les marais

Sur la fin du trajet, la route vélo nous fait emprunter une grand’route fort passante. Apparemment, un passage obligé pour relier deux parties du parcours. Les voitures passent très vite à côté de nous. Si il n’y personne en face, elles décalent, mais sinon pas question de ralentir. C’est assez impressionant. Et c’est sans parler de ceux qui passent vraiment très près.

Douceur, langueur, bonheur

A l’approche de Burghausen, la route vélo plonge dans les bois. On descend sur la rive de la Salzach. Et là, le château de Burghausen se dévoile, au sommet de la falaise sur l’autre rive ! Magique. Mais je dois être un peu fatigué par la journée, puisque je ne prend pas de photos…

En traversant la Salzach, on pénètre à nouveau en Allemagne. Petite surprise : notre hôtel est près de l’entrée du château… au sommet de la colline. Sacrée montée pour terminer la journée ! A quelques kilomètres près, on touchait les 100 !

Journée off, sans vélo, pour ce dimanche.

Après notre arrivée tardive d’hier, nous ne nous levons pas trop tôt. On profite du très bon petit-déjeuner de l’hôtel.
Puis nous sortons pour découvrir un peu la ville. Le soleil est de la partie ; il fait déjà fort bon.

Avant de nous plonger au coeur de la ville, nous avons prévu d’emprunter un chemin de promenade qui doit nous mener à la forteresse (Veste Oberhaus) qui domine la ville.

Montée vers la forteresse, Passau se laisse deviner à travers les arbresMontée vers la forteresse, Passau se laisse deviner à travers les arbres

Au pied du sentier, un panneau nous annonce que le chemin n’est pas entretenu. Et de fait, après quelques centaines de mètres, le chemin est encombré de branches et même de troncs tombés… Ce n’est que plus tard que nous apprendrons qu’une vilaine tempête s’est abattue sur la région vendredi soir. Nous en verrons les conséquences pendant plusieurs jours sur notre trajet.

Arrivé sur le sommet de la butte, on perd un peu la trace. On se retrouve donc à traverser une prairie

Sur les hauteurs de PassauSur les hauteurs de Passau

Arrivés au sommet, au pied de l’Oberhaus, nous sommes récompensés par une vue magnifique sur Passau. La vieille ville est entourée d’un côté par le Danube (au premier plan) et de l’autre par l’Inn. (L’ilz, la troisième rivière, n’est pas sur la photo…)
On s’offre la montée dans la tour, histoire d’avoir un point de vue encore un peu plus haut.

Passau, entre Danube et InnPassau, entre Danube et Inn

Nous redescendons le long du Danube et nous allons voir le confluent du Danube, de l’Inn et de l’Ilz. En tant normal, le mélange des eaux est spectaculaire, avec les eaux brunes du Danube (oui, il n’est pas bleu à cet endroit là) qui se mélange difficilement à l’eau verte de l’Inn. Avec la tempête de la veille, l’Inn est inhabituellement brune elle aussi, et la rencontre des deux donc pour ainsi dire invisible

On rejoint ensuite le centre ville en suivant la berge de l’Inn, où l’on peut passer le long de la Schaiblingsturm.

Schaiblingsturm, PassauSchaiblingsturm, Passau

Arrivés dans la ville, on fait un petit tour avant de s’arrêter à la terrasse d’un petit restaurant typique pour notre premier repas « local » de nos vacances.

Ciel bleu !Ciel bleu !

Avant de monter de l’autre côté de la ville vers le cloître Mariahilf, nous visitons la cathédrale Saint-Etienne (Dom St. Stephan). L’intérieur baroque est richement décoré. La cathédrale abrite le plus grand orgue du monde (17388 tuyaux)

L'orgue de la cathédrale Saint-Etienne est le plus grand du mondeL’orgue de la cathédrale Saint-Etienne est le plus grand du monde

Depuis le cloître, la vue sur la ville et sur Georgsberg et l’Oberhaus est magnifique.

L'Oberhaus domine PassauL’Oberhaus domine Passau

Passau a été bâti entre autre par des architecte italiens, et on sent dans la ville cette inspiration méridionale. Cela complète encore notre dépaysement. Avant d’aller manger au soir, on prend un verre devant l’hôtel de ville et sa façade peintre du 14e siècle.

Nous remontons à l’hôtel à la nuit tombante. On emprunte cette route qui mène vers le pont surplombant le Danube et que nous avons déjà prise hier soir dans le noir. Quel contraste avec la vieille ville qu’on vient juste de quitter.

Soleil couchantSoleil couchant

On rentre dans l’hôtel par le garage, juste pour vérifier que nos vélos sont toujours là…
Et on se couche tôt : demain, première étape en direction de Burghausen, avec pas mal de kilomètres prévus !

Les vélos sont en sécuritéLes vélos sont en sécurité

Tandem X2
Le tandem X2 (vtt) des cycles Lapierre. More
Via Claudia Augusta
Découvrez ici notre dernier voyage en date: nous avons suivi l'ancienne voie romaine reliant le Danube à Venise. More