Back to TOP
  • Sur les routes namuroises

  • En Brabant Wallon

  • Yorkshire Dales

  • En route vers le Kirstone Pass dans le Lake District

  • En mode tout terrain dans les Dales

  • Dans le Yorkshire

  • Aube brumeuse à Profondeville

  • Sur les routes au coucher du soleil

  • Petite escapade autour de Bruxelles

59,95km – 559m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Et nous voici arrivés à la fin de notre périple germano-belgo-néerlandais. Nous clôturons par une étape relativement courte dans laquelle nous rejoignons assez rapidement des routes connues. Comme un cheval qui sent l’écurie, nous ne nous sommes pas attardés à prendre des photos et avions visiblement envie de retrouver notre bercail!

Au total nous avons parcouru plus de 1100km en 13 étapes. Comme prévu l’Allemagne s’est affirmée comme étant un paradis pour les cyclistes qui, comme nous, aiment les profils accidentés. Même si les itinéraires le long de l’eau se sont avérés hyper agréables, que ce soit en descente ou en montée.

Mention spéciale pour l’Ahr (et notamment Ahrweiler) pour ma part, et Bad Munster-Eifel. We’ll be back!

70,55km – 709m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Déjeuner au pain d’épices complété par des couques du Delhaize qu’on mange dans le petit parc tout proche. Départ par la nationale pour nous diriger vers la Meuse. On tente un trajet différent (pour ne pas faire « comme d’habitude ») qui finalement ne sera pas une grande réussite. Nous arrivons à Huy par une route  fermée/désafectée en raison de gros travaux d’aménagement. On se retrouve à longer une nationale sur une pseudo piste cyclable devant la centrale nucléaire et terminons par passer devant le camping de Tihange. Arrivés à Huy ce n’est pas vraiment mieux : circulation hallucinante, sortie d’école,… L’horreur.

20150904-DSCF2832 En contrebas de cette route toute neuve, la centrale de Tihange

20150904-DSCF2834 La route est neuve!

On remonte de l’autre côté de la Meuse par Wanze (histoire d’essayer autre chose que par Andenne). Quelle mauvaise idée! On ne se retrouve pas vraiment sur la carte, la montée est énorme, on est perdu, et voila qu’il se met à pleuvoir… Ca ne dure pas trop, mais la température est polaire par rapport à ce qu’on avait quelques jours avant. Nous nous arrêtons pour manger sur un banc et lorsqu’on termine, un charmant monsieur qui avait sorti sa voiture du garage avant de partir avec sa femme au début de notre lunch et revenait à l’instant me propose d’utiliser ses toilettes si besoin. C’est une idée de sa femme qui a fait beaucoup de vélo dans sa jeunesse et « sait ce que c’est pour une femme »! Nous discutons un peu puis reprenons la route.

Au moment de traverser l’autoroute E42, nous faisons une nouvelle erreur. La route que nous empruntons habituellement est en travaux et fermée. On se décide à prendre l’autre du coup qui nous amène beaucoup plus à l’est sur une nationale. On décide donc d’emprunter une chemin qui amène à un bois. Ce chemin, relativement praticable au début, devient boueux, glissant et impraticable. Sur la photo qui suit on voit la forêt jusqu’où nous sommes allés tant bien que mal pour finalement devoir faire demi-tour et faire tout le tour du champs de gauche. Je passe les détails de l’état des chaussures. Mais nous revoici sur de l’asphalte et on peut se remettre en selle. Cela étant dit on a bien perdu 1h avec cette  histoire!

20150904-P1070311 Jusque là tout va bien

20150904-P1070313 Retour sur la route… après avoir longé le bord du champs

20150904-DSC_6583On approche d’Aische-en-Refail

Le reste du parcours se fait sans encombre et nous arrivons au château (Le Manoir de Làs-Bas, camping) d’Aische-en-refail en même temps qu’un couple d’anglais en camping-car qui nous a doublé/croisé/doublé plusieurs fois avant de trouver l’entrée du camping. Le monsieur nous reconnaît et s’excuse d’être passé un peu près de nous… Lovely!
Souper bonne franquette au camping. Notre nuit sera bercée par de la musique discutable provenant de la fête du village…

20150904-DSC_6587Remis à neuf à l’intérieur, les sanitaires ont conservé à l’extérieur un délicieux cachet

68,36km – 701m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Petit-dej « pain d’épices » au camping. Nous démarrons la journée en nous rendant à Malmedy pour y acheter un complément de petit-déjeuner et dans l’espoir d’y trouver une bonbonne de gaz. Je finirai pas en trouver une, compatible avec notre bec, mais pas fort pratique car très haute. Bref c’est mieux que rien.

20150903-DSC_6574Le pain d’épices, source d’énergie!

20150903-DSC_6572Notre campement au petit matin, dans la brume

Nous prenons ensuite le Ravel qui passe à Malmedy. On ne sait pas trop où le quitter pour rejoindre notre route (RV8b, partie Est), et faisons un lucky guess à hauteur de Stavelot. Pas si lucky que ça : on se retrouve à monter des côtes incroyables. En haut, la vue est magnifique, ça c’est sûr! Lorsque l’on rejoint notre route à la cascade de Coo, c’est sur une route assez grosse et très empruntée (la N633), on fonce et ne s’attarde pas. J’espère pendant des kilomètres voir un changement de direction, mais non on reste sur cette route… Et encore dans notre sens c’est à forte tendance descendante. Mais nous avons de la peine pour les deux cyclos méga chargés qui font la route inverse…

20150903-P1070306

Nous arrivons en milieu d’après-midi dans un camping que je préfère ne pas décrire, où nous sommes accueillis par une drache digne de notre arrivée à Molenstede. Nous ferons l’impasse sur la douche tant le bâtiment des « sanitaires » est épouvantable. Notre soirée et le restaurant sera du même acabit que le camping mais provoquera néanmoins un fou-rire à Mi. Nous revenons à notre campement que nous avons hâte de quitter…

20150903-DSCF2831Le soleil se couche : il est temps de manger!

84,90km – 1102m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Le déjeuner de l’hôtel fait du bien. Varié et copieux, ça nous change des petits déjeuner en camping. Sous les conseils de la dame de l’hôtel, nous allons remplir nos bidons à la source (directe) d’eau pétillante qui se trouve au parc juste en face (Helenenquelle). Ben oui on est pas à Gerolstein pour rien!
J’ai fait un rapide tour de ville pour essayer de trouver une bonbonne de gaz mais il n’y a que du système Camping Gaz à percer. Notre niveau de gaz est fort bas et on pense ne pas avoir assez pour cuire un plat entier.

20150902-DSC_6529La rivère Kyll au sortir de Gerolstein

Nous longeons un peu la Kyll pour quitter Gerolstein puis allons suivre l’Eifel-Ardenne-Radweg qui nous amènera en Belgique (Saint-Vith plus précisément).
Dès qu’on quitte la rivière, on entame les montagnes russes ou plutôt les volcans allemands! Ca monte et il fait chaud!

20150902-P1070262

20150902-DSCF2807

20150902-DSCF2808

20150902-DSCF2809

20150902-DSCF2811Mais où est le cycliste ?

20150902-DSCF2814

Les paysages sont jolis et variés. Nous arrivons à Prüm vers midi.
Nous devions loger à Thommen, mais vu que nous avons pris une avance globale sur tout le trajet, nous préférons pousser jusqu’au camping d’Arimont, non loin de Malmedy. Nous voila à nouveau sur une ancienne voie de chemin de fer vraiment très agréable. La vue est dégagée et on n’a pas ce sentiment de rouler dans une cuvette comme on peut parfois l’avoir sur un Ravel.
Nous passons un nombre de fois incroyable sous une (ou plusieurs) autoroute(s). Il fait beau et la lumière est intéressante, ce qui pousse mon compagnon de voyage à prendre de nombreuses photos! Et voila que l’on croise un panneau qui nous annonce que nous quittons l’Allemagne et rentrons en Belgique!

20150902-DSCF2821

20150902-DSCF2819

20150902-DSC_6562

20150902-P1070292

Ce Ravel est vraiment super. Nous comptons bien y revenir; c’est un réel plaisir de rouler ici. Nous atteignons ensuite rapidement Saint-Vith, où nous empruntons un autre Ravel qui nous amènera à Waimes et que l’on avait déjà pris lors de notre tour de Wallonie en 2011. On y retrouve les mêmes chevaux et la superbe vue sur cette vallée.

20150902-P1070301

Nous arrivons ensuite toujours via un Ravel à Arimont et terminons par une côte dont je me serais bien passée! Mi part devant, moi je descend de ma monture et essaie de pousser le vélo chargé jusqu’en haut.
Le camping est calme, c’est vrai que les vacances sont terminées! D’ailleurs la cafèt’ du camping est fermée…
Après la douche vient le dilemme du repas du soir. Nous avons le choix entre des spaghettis lyophilisés mais pour lequel on n’est pas sûrs d’avoir assez de gaz, ou bien aller dans un resto à priori pas trop loin qui propose une cuisine qu’on pourrait qualifier de « gastronomique ». Un coup de fil au resto et la table est réservée.
Par contre le resto était mal repéré sur TripAdvisor et se trouve en fait à 2/2,5km du camping. Nous marchons jusque là sur les rythmes de la carrière qui – visiblement – fonctionne tout le temps. Nous dégustons un délicieux 3 services dans une ambiance un peu bruyante (deux gros groupes dans la salle), compensée par un service fort sympathique.

Retour par le même chemin, dans le noir, et puis dodo!

90,914km – 1046m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Pluie durant la nuit. La tente ne perce pas trop. La pluie s’arrête au matin et on replie au sec. On déjeune avec des gauffres au miel et des couques achetées à la boulangère qui est passée au camping.

20150901-DSCF2794Le ciel menace

Départ à 9h10, le ciel menaçant nous laisse peu d’espoir quand à une erreur de prédiction météo. Nous sommes le long de la Moselle quand il se met à pleuvoir. Nous quittons la Moselle assez rapidement pour entamer la montée vers Wittlich dans un premier temps et Daun en fin de course. Il s’agit d’une ancienne voie de chemin de fer qui a été transformée en voie cyclable. Nous montons depuis peu et la pluie se transforme en déluge. En quelques secondes nous sommes trempés. Ayant de la buée sur les lunettes et ne voyant plus rien du tout car la pluie vient en face de nous, on s’abrite un instant près d’un panneau d’informations. Après quelques instants on se remet en selle, on se doute que ça va durer, donc rien ne sert d’attendre. On profitera plus loin du passage sous un long pont pour tordre les chaussettes.

20150901-DSC_6503L’esthétique de l’équipement n’est pas à la hauteur de son efficacité…

Cette route est très belle et l’humidité lui donne un aspect mystérieux voir dramatique. En face de l’ancien viaduc, nous faisons une petite pause pour manger le dernier croissant qu’il nous reste du matin. On cause un carnage chez les escargots qui sont partout et bien cachés…

20150901-DSCF2797

20150901-DSC_6509

20150901-DSC_6510

On passe par Manderscheid que nous connaissons pour y avoir roulé il y a quelques années et y avoir été surpris par de la neige et du vent glacial (l’horreur).
La météo n’est pas beaucoup plus clémente quoique nettement moins froide. Mais on évitera peut-être de revenir par ici. A classer avec Muggenbrunn…
Nous mangeons sur une aire de parking non loin du Meerfelder Maar. On parvient à manger relativement au sec.

20150901-DSCF2802

20150901-DSC_6515On remonte une magnifique vallée… juste avant de découvrir qu’on vient de faire une boucle !

Un peu plus loin on s’emmêle les roues avec les indications et faisons une (belle) boucle de 10km « pour rien ». Mi me dit « Tu reconnais ici? On y était y a une heure! » Je fatigue franchement et cette erreur n’améliore pas mon mental…
On décide de raccourcir un peu l’étape et de loger à Gerolstein.
Cela dit nous n’y sommes pas encore! Comme pour nous encourager et surtout comme prévu, les nuages font place à un soleil franc dès le milieu d’après-midi.
Gerolstein se rapproche, et nous suivons consciencieusement les panneaux indicateurs « pour vélo ». Ils nous font éviter les grandes routes fréquentée, mais difficile d’estimer la longueur du détour.
Un chemin forestier ascendant me prendra mes dernières ressources et je rejoins Mi (en pleine séance de photos) au sommet en marchant.

20150901-DSC_6520

20150901-DSC_6521

Heureusement après ça, ce sera principalement descendant et ce jusque Gerolstein. On loge à l’hôtel Am Brunnenplatz et mangeons le soir au resto Balkan-Grill, sympa et roboratif.

71,15km – 781m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Nous commençons la journée sous un soleil déjà très chaud et dégustons nos croissants (pas mauvais du tout) avant de prendre la route. Nous devons débuter notre itinéraire du jour par la grand route qui se situe en haut de notre camping et sur laquelle nous avons entendu des camions passer toute la nuit…

20150831-DSC_6480

Nous nous mettons en route et entamons une longue montée sur cette grand route. Les voitures passent vite mais ne sont pas trop nombreuses. Nous quittons rapidement cette voie pour en prendre une autre plus secondaire, qui nous fait passer à Asbach. Il y a un camping dans ce village, mais à première vue pas trop de restaurant. Notre choix d’hier soir s’avère sans doute avoir été le bon.

20150831-P1070222La route est droite, mais la pente est (parfois) raide

Nous passons par Schauren, et une fois au sommet de cette route, entamons une folle descente qui nous amènera à Morbach. La montée était dure, mais le trajet dans l’autre sens aurait été encore plus physique.

20150831-P1070226Passage au sommet

Nous remplissons nos sacoches de victuailles à Morbach et continuons notre route sur des voies bien plus agréables. A Morbach, nous avons également retrouvé des indications d’itinéraires vélo. C’est toujours bienvenu.

20150831-P1070230

20150831-DSC_6485

Au milieu de la campagne et parmi des arbres fruitiers, nous faisons un premier stop nourriture. Nous coupons souvent le repas de midi en deux afin de ne pas manger trop en une fois. Ca facilite la digestion. Et ça nous permets aussi de faire deux pauses :-)
Nous mangeons du melon et quelques crackers sur un banc surplombant une belle vallée.

20150831-P1070233

20150831-P1070242Nature, route lisse et en pente douce, et vélo… Miam

Nous reprenons la route et traversons de superbes endroits naturels dont certains sont assez sauvages (ce qui entraine parfois une surface au sol peu roulante, voir digne d’un parcours VTT!). L’image ci-dessus représente à mes yeux le summum du bonheur cyclotouristique!
A la fin de cette petite route et à l’entrée d’un village, nous prendrons notre 2è partie de lunch, des nouilles asiatiques déshydratées de piètres factures.
Heureusement nous avons toujours une salaison ou un fromage pour faire passer les pires aliments!

Lorsque nous entamons la descente des hauteurs vers la vallée de la Moselle, nous revoici au milieu de vignobles. La descente se fait par une route fraichement asphaltée et pas encore réouverte à la circulation. Quel plaisir!

20150831-P1070255Là-bas au loin, la Moselle

20150831-P1070252

Et nous voici le long de la Moselle. Nous ferons un petit stop hydratation où nous dégusterons un très bon jus de raison local dans un B&B complètement kitsch mais qui offre une vue assez sympa sur la Moselle…

20150831-DSC_6494

20150831-DSCF2786

Nous arrivons à Bernkastel-Kues en fin d’après-midi. Le camping est situé de l’autre côté de la Moselle que le vieux centre que nous connaissons, ce qui nous rajoute quelques kilomètres mais nous permet d’avoir une jolie vue sur le chateau situé en hauteur!
Le camping est un des pires qu’on ai rencontré. Le gars à l’accueil franchement antipathique, camping énorme et surpeuplé, les emplacements tentes sont au centre des ilots, entourés donc par caravanes, camping-car et vieilles mercedes… On s’installe néanmoins.
Arrive ensuite un jeune couple de français qui doivent tenter le voyage à vélo pour la première (et peut-être dernière) fois. La fille a l’air d’avoir le moral en dessous de tout. Je salue le gars qui n’a pas l’air d’avoir plus envie que ça d’engager la conversation!

20150831-DSC_6497Bernkastel et son château

Une fois douchés, nous allons « en ville » pour manger. Ce sera italien ce soir !
Quand on ressort, la météo a complètement changé. Les prévisions météos sont toutes d’accord : demain, on va se faire tremper!
On rentre au camping en faisant un petit détour par Kues… et puis dodo.

20150831-DSCF2787Le centre de Bernkastel

62,33km – 825m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Ce matin Michel va chercher les couques au village, à la boulangerie remarquée la veille. Nous quittons le camping à 9h 40. Nous démarrons en suivant toujours la NAHE-route. Cela commence en suivant une ancienne voie de chemin de fer.

20150830-P1070199
20150830-P1070197
20150830-P1070200

Nous avons roulé une dizaine de kilomètres et voilà que la route quitte le cours de la Nahe (et le plat) pour littéralement s’envoler. Nous grimpons dans les vignobles et sommes contents de voyager relativement léger! On ne s’attendait pas à ça à cet endroit-là! Mais comme souvent, qui dit grimpette, dit beaux panoramas. Un superbe moment…

20150830-DSC_6444Les vignes en terrasses

20150830-DSC_6445La route plonge dans le vignes

20150830-DSCF2764On n’est jamais loin du chemin de fer

20150830-DSC_6451Une carrière, à l’approche de Sobernheim

Nous atteignons rapidement Bad Sobernheim. Là, nous ne faisons pas le détour prévu sur notre tracé mais on continue sur la Nahe. Notre objectif étant de tenter de rallier Bernkastel-Kues ce soir.
On avance bien et à midi nous sommes déjà à Kirn…
Nous suivons encore cette même route jusque Fischbach où nous prenons à droite pour suivre la piste N-H-A (Nahe – Hundsrück – Moselle). Les paysages sont assez grandioses; beaucoup de roches abruptes et avec cette météo on se croirait vraiment plus au Sud.

20150830-DSC_6448

Il fait très chaud (plus de 30°) et nous avons faim. Nous nous arrêtons sur un banc dont l’ombre disparaît rapidement pour manger des pâtes aux épinards.
En suivant les indications de la route nous nous retrouvons sur un chemin forestier avec une côte énorme ! Nous la montons d’ailleurs à pied. Nous sortons de la forêt et arrivons au très joli village de Herrstein. Nous nous arrêtons dans un café pour boire quelque chose de frais. La chaleur est accablante et nous sommes déshydratés. Nous avons une place à l’ombre, heureusement, et buvons une grande bouteille d’eau ainsi qu’un soft d’un demi litre chacun.
Nous nous rendons compte que nous n’arriverons pas à notre objectif « version rallongé » du soir. Après avoir rempli nos bidons d’eau bien fraiche et échangé quelques mots avec un sympathique motard, nous reprenons la route.

20150830-DSCF2772
20150830-P1070215

Après Herrstein nous changeons de région et le balisage laisse plus qu’à désirer! Rapidement, nous n’avons plus de flèches et nous nous retrouvons sur une grosse route assez fréquentée. Nous passons devant un camping juste avant Schauren où nous élisons domicile pour la nuit.
Le camping est grand, tenu par des néerlandais et propose un restaurant qui n’a pas l’air mal. Je commande des croissants pour le lendemain, et dès que nous sommes installés, je file piquer une tête dans un étang où l’eau est agréablement fraiche. Un vrai bonheur après une journée comme ça!

20150830-DSC_6458

Nous nous promenons dans le camping, allons manger au restaurant, puis prenons quelques photos à la nuit tombée de l’étang ainsi que de l’arrivée de retardataires (un père et son fils) qui s’installeront avec aisance et sans trop de bruit dans le noir.

20150830-DSC_6479L’hydratation… c’est important.

20150830-DSC_6473A la nuit tombée, les caravanes sauvages viennent s’abreuver au point d’eau…

54,44km – 119m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

Après un porridge mangé au camping, nous descendons rejoindre le Rhin. Nous allons le suivre jusque Bingen où nous le quitterons pour suivre la rivière Nahe. Peu après avoir quitté Sankt Goar, nous arrivons en face de la Lorelei. Nous découvrons un camping situé en face du rocher mythique. La vue y est superbe, mais nous ne regrettons pas la calme du camping où nous avons passé la nuit.

20150829-DSC_6383Le rocher de la Lorelei
20150829-DSCF2721Face au rocher, la plage…
20150829-DSCF2722

Nous nous arrêtons quelques instants pour prendre en photo le rocher. Endroit touristique oblige, il y a beaucoup de monde. La route aussi est fort fréquentée et nous ne roulons pas très loin de la voie de chemin de fer.

20150829-DSCF2731Le Rhine, la route, le train

Nous faisons un nouveau stop photo à Bacharach, où il y a un beau parc qui offre une splendide vue sur le Rhin. Nous effectuons un peu plus loin une pause apéro afin de manger un petit bout pour reprendre des forces.

20150829-DSCF2733

Nous continuons à pédaler le long du Rhin jusque Bingen am Rhein, ville où la rivière Nahe se jette dans le Rhin. Nous faisons un petit arrêt dans cette ville au carrefour de la rivière et du fleuve, où nous pouvons admirer la vue sur les vignes située sur l’autre rive.

20150829-DSCF2742Exposées plein Sud : les vignes

20150829-DSC_6392Ici, les eaux se mêlent

20150829-DSCF2746

Nous voici en route le long de la rivière Nahe. Dans un premier temps l’itinéraire s’écarte de l’eau pour parcourir la campagne. Nous y ferons notre pause déjeuner. Ce midi ce sera riz mexicain sous les pommiers! Nous apercevons deux cigognes.

Plus loin, nous rejoignons la rivière. Nous sommes très loin des pistes cyclables comme le long du Rhin qui longe calmement le cours d’eau. Nous sommes constamment déviés et jouons à saute-mouton entre les rives.

L’abord de Bad Kreuznach n’est pas fort sympathique : nous arrivons par le côté industriel. Mais le centre est très mignon. Nous continuons jusque Bad Munster Am Stein pour planter la tente au camping.
Pour aller d’une ville à l’autre nous devons traverser un parc comprenant plusieurs structures aquatiques étonnantes. Il s’agit en fait de la vallée du Salinental, où l’on peut respirer un air salé aussi pur qu’à la mer. Les sprays d’eau sont en tout cas rafraichissants!
Vers la fin du parc, nous nous retrouvons face à un rocher absolument exceptionnel qui donne tout son sens au nom de la ville Bad Munster Am Stein. Juste en face du rocher où se pressent les touristes, se trouve un glacier qui a l’air de proposer des produits plus qu’alléchants!

20150829-DSC_6420
20150829-DSCF2750

Une fois installé au camping et douchés nous reprenons les vélos pour repartir à Bad Kreuznach. L’idée est d’aller aux thermes. Mais nous n’avons pas pris de serviette et les thermes n’en louent pas. Il y a un autre complexe en face (saunas) beaucoup plus cher où nous pourrions aller. Mais vu la chaleur, c’est plutôt d’eau que nous avons envie!
Nous gardons l’idée du sauna pour la soirée et décidons de faire un tour dans la ville tout en cherchant un restaurant. Notre choix se porte sur un resto de la vieille ville. Je prends un Wienerschnitzel et Mi la suggestion du jour; du saumon aux légumes. Nous buvons respectivement un coca-bière et un verre de vin; ainsi que beaucoup d’eau car il a fait chaud aujourd’hui. Même si le compteur ne compte pas beaucoup de kilomètres, il est important de bien s’hydrater le soir :-)

20150829-DSC_6422L’hydration, c’est important !

Après le restaurant, on décide de ne pas aller au sauna. On fait un petit tour près des thermes. Un groupe de musique sud-américaine joue dans la Khurpark devant les clients de l’hôtel et les gens assis au parc.
Avant de reprendre les vélos que nous avions garés près des thermes, nous remarquons une fontaine d’eau glacée dans laquelle on peut marcher. Il y a aussi un bac équivalent pour les bras.
Nous en profitons, avant d’être imités par d’autres passants ; et ça nous revigore bien avant le retour au camping.

20150829-DSC_6429L’eau est limpide… et glacée

En repassant par le parc, on prend un cornet de glace chez Mario, qui n’est pas encore fermé. Nous terminons la journée par une balade nocturne dans la ville. Nous repérons des boulangeries pour le lendemain matin!

20150829-DSCF2755La passerelle sur la Nahe et son « champignon de lumière »

94,5km – 421m D+ – 5:05:55 – max 46,5km/h

La pluie s’est arrêtée en fin de nuit il fait donc sec au moment de replier le camp… mais tout est trempé, y compris nos chaussures qui étaient contre la toile extérieure.

20150828-DSCF2688Notre campement avant le démontage

Nous prenons le petit déjeuner au même endroit que la veille juste en face du Weingut: croissants et couques aux raisins en terrasse. On part le long de l’Ahr pour rejoindre le Rhin.

20150828-P1070141
20150828-DSC_6322
20150828-DSC_6326

Une fois sur le Rhin, nous sommes bien entendu frappé par son immensité. Le fleuve est tellement large, nous sommes extrêmement loin de la rive opposée. Mais c’est également ici que nous commençons à rencontrer d’autres cyclotouristes. Le Rhin est effectivement mythique comme route européenne cyclable, mais c’est tout de même étonnant de voir autant de voyageurs sur ces chemins alors que nous n’en avons croisé quasiment aucun avant; sur des routes beaucoup plus charmantes et bucoliques. Car le Rhin que nous voyons (au début en tout cas) reste relativement industriel et finalement peu agréable à rouler.

20150828-DSC_6327

20150828-DSC_6343
20150828-P1070147
20150828-DSCF2691
20150828-DSCF2693
20150828-DSC_6333

A Brohl, un détour devait nous permettre de monter voir un lac. Mais on ne trouve jamais d’indications de route et on décide de laisser tomber. Au lieu de s’arrêter à Coblence, on va plus loin pour déjà s’avancer pour la journée de demain où nous nous arrêterons dans un village où il y aura des thermes!

Afin d’être entièrement correcte avec ce qui a été dit plus haut, le Rhin est à cet endroit-ci nettement plus agréable; les villages traversés sont mignons et nous évoluons dans un environnement très vert. Nous devons faire un petit arrêt (véritablement) technique car Mi a cassé un rayon! Il pensait d’abord que sa roue était voilée, mais en regardant de plus près, il découvre un rayon sectionné! Après un rapide dévoilage, nous reprenons la route.

20150828-DSC_6348
20150828-DSC_6349
20150828-DSC_6351
20150828-DSC_6359

On ne trouve pas de camping à Boppard (ville fort touristique et jolie) et on pousse encore de 15 km sur le Rhin pour rejoindre Sankt-Goar. Après une bonne douche, nous nous rendons à pied en ville pour souper. Nous mangeons au restaurant de l’hôtel Am Markt. Soupe au Pfifferlinge pour nous deux comme entrée. Pour moi morceaux de porc avec des champignons, Spätzle et salade. Pour Mi du porc mariné avec du chou rouge avec de la cannelle et des Knödels. Vin blanc doux pour moi et rouge pour Mi.
Nous terminons la soirée en prenant des photos du Rhin et de ses reflets avant de rentrer nous coucher.

20150828-DSC_6368

Pluie depuis le matin. Notre tente prend un peu l’eau…

20150827-DSC_6299
20150827-DSC_6295Ahrweiler

Nous allons aux thermes à Bad Neuenahr après avoir pris notre petit déjeuner dans une boulangerie/salon de thé où nous avons mangé un pain aux raisins et sucre entier avec café et chocolat chaud!

Les termes sont à 3 km à pied du camping. Les installations sont très chouettes. Surtout le sauna, avec sa partie extérieure. Nous avons loué serviette de bain et peignoirs. Le midi nous mangeons à la cafétéria; un bagel au saumon pour Mi et le salad bar pour moi.

Nous rentrons au camping pour récupérer la batterie de recharge pour téléphone. Ensuite nous passons la soirée au Weingut Coels à Ahrweiler où nous dégustons les vins rouge de l’Ahr dans le bruit des bouchons qui sautent! Nous sommes arrivés tout trempés et séchons petit à petit. Je prends un LACHS, vin blanc de noir « feinherb » très doux. Pour manger, nous commençons avec un Weinkäse pour grignoter, puis suivent une flammekuche lard/fromage et un Wingerteller.

Le patron oublie notre commande et pour se faire pardonner du retard ne comptera pas les plats dans la note!

Nous sortons du Weingut un peu rond. Il pleut toujours et il pleuvra encore toute la nuit!

Tandem X2
Le tandem X2 (vtt) des cycles Lapierre.
Via Claudia Augusta
Découvrez ici notre dernier voyage en date: nous avons suivi l'ancienne voie romaine reliant le Danube à Venise.