Back to TOP
Destination choisie "Via Claudia Augusta"

82,96 km – 5:46:15 – 14,84 km/h – 46,4 km/h max

Petit déjeuner à 8h15. Un gros groupe arrivé en car vers 23h a déjeuné avant nous et est déjà sur le point de partir. On a donc la grande salle pour nous tout seul… Mais le buffet a un peu souffert du passage du groupe… Cela étant dit nous avons largement de quoi manger.

Temps couvert lors du départ, mais sec. Nous croisons les doigts pour ne pas revivre une météo comme celle de la veille. Nous suivons globalement la rivière Lech. Nous nous doutons qu’à certains endroits par temps clair la vue doit être magnifique. Certains autres passages sont plus montagneux; des petites routes avec une circulation quasiment inexistante, doucement vallonnés; le terrain de jeu idéal pour les cyclistes que nous sommes!

Avant de rejoindre Füssen et ses chateaux bien connus, nous longeons le Förggensee. La météo couverte et le ciel plombé créent un atmosphère dramatique assez exceptionnelle.

On arrive vers 13h à Füssen, où nous mangeons en rue des bratwurst dans un pain. Délicieux.

Au moment de repartir, la pluie commence a tomber, drue et glacée. On se lance sur la déviation de la Via Claudia qui escalade la route près des châteaux. Très touristique jusqu’à l’entrée des chateaux, puis très beau une fois dans la forêt. Au sommet, on franchit la frontière vers l’Autriche.

On est alors sur la voie pour Lermoos. La route s’élève pas mal ; il y a quelques passage sur les chemins qui ne sont pas faciles. A un moment, le chemin est dans le ruisseau, et inversément. On était prévenus, la partie autrichienne de la Via Claudia est connue comme étant la plus offroad. De fait on ne dira pas le connaitre; dès le début, le ton est donné: passages escarpés en gravier, passages à gués, pistes forestières (un peu malmenées par les grosses précipitations qui sont tombées pendant l’été il est vrai). Cela a l’énorme avantage de nous éviter de rouler avec les voitures. Car les routes sont peu nombreuses et fort empruntées.

Les derniers kilomètres vers Lermoos se font en descente, alors que la pluie a refait son apparition. Il est environ 18h30 lorsque nous nous inscrivons au sporthotel Loisach, en demi-pension pour deux nuits.

L’hôtel dispose d’un garage pour vélo bien chauffé, équipé d’outils. Il y a un dispositif sèche-chaussures (elles en auront besoin) et on peut faire des machines + séchoir à volonter pour les vêtements. Un rêve qui se réalise !

Tout dans cet hotel est un pur bonheur; 2 saunas (un très chaud et un moins chaud), hammam, piscine intérieure et extérieure et salle de repos avec thé et infusion en self service. La demi-pension est un must, le souper est un trois services de qualité servi après un salade bar très bien fourni. Le personel est très sympathique et mon accent en allemand se fait démasquer à la troisième phrase par le maitre d’hotel ex-anversois en service au tirol depuis 25 ans!


La Via Claudia en Bavière

Une borne

Des routes comme ça on en redemande!

Avant Füssen, le Förggensee

Premier contact avec les pistes autrichiennes

Le Tirol

Into the wild!

La vallée vers Lermoos

85,88 km – 5:23:36 – 16,44 km/h – 45,6 km/h max

Déjeuner sympa à l’hôtel, sur le balcon de la salle de déjeuner. Il fait un peu frais dehors, mais plus agréable qu’à l’intérieur où il fait très chaud, la salle de petit déjeuner étant en plus bondée. Nous avons vue sur la Theresienwiese où se déroulera d’ici quelques jours l’Oktoberfest. Le calme que nous connaissons ce matin n’existera plus à ce moment!

Au moment de partir, il commence à tomber quelques gouttes. Jusque là rien de bien inquiétant, mais mon baromètre m’annonce de la pluie depuis quelque temps et les sites météo sont tous d’accord sur ce point. On verra bien! J’ai réparé le câble du compteur ; et ça marche !

Notre programme du jour, en suivant les voies cyclables (toujours très bien balisées en Allemagne) nous devons rejoindre la Via Claudia Auguste cet après-midi à Landsberg am Lech.

Pluie par intermittence au départ. Puis plus grosse averse pendant laquelle on se met à l’abri de quelques arbres pour mettre veste et sur-chaussures…

Un peu plus loin, alors que la pluie s’est interrompue, crevaison à l’arrière pour Brig : un beau morceau de verre. On se rend compte que notre pompe ne fonctionne plus… Peut-être à cause des grosses sessions de gonflage d’hier ? Heureusement, un vieux monsieur qui habite juste là où on s’est arrêté nous propose son aide. Il nous prête d’abord une pompe, avant d’aller plonger la chambre à air dans sa citerne à eau de pluie. Puis il nous propose d’aller réparer dans son atelier… Il retourne cuisiner en nous disant de prendre notre temps pour réparer avant de repartir en remettant tout dans son atelier…

La pluie reprend. Etant dimanche on ne trouve pas grand chose d’ouvert ; on finit par manger au McDo…
On arrive au Ammersee qui est magnifique… on s’arrête pour quelques photos. On retourne la carte dans notre porte carte et je propose de changer l’itinéraire, pour un autre qui me parait plus court et qui nous fera contourner le beau lac d’Ammersee. Nous rejoindrons finalement la Via Claudia à Epfach.

Après s’être calmée la pluie reprend de plus belle pour ne plus s’arrêter de la journée. Pluie, vent ; on finit par être trempés. On s’arrête quelques minutes dans un arbri en bord de route où je peux me changer et tordre mes chaussettes… Le thermomètre au guidon indique 8°. Avec les vêtements mouillés, il s’agit de rester en mouvement!

On arrive à Hohenfurch à l’hotel Gasthof Negele. On doit être les seuls clients. On prend une bonne douche avant de descendre manger… Demain, petit déjeuner à 8h !


Balade agréable dans Munich

On se met à l’abri pour éviter d’être mouillés (mdr)

Le superbe Ammersee

41,89 km – 2:56 – 14,28 km/h

Il y avait un vent de traversée des Alpes dans les airs depuis le printemps chez nous. Ce ne serait pas en tandem, celui-ci étant toujours hors service. En vélo de course, en mode sans bagages et circuit organisé? Trop de cols à mon goût même dans la version la plus soft. Et puis un jour je tombe sur un site parlant de la Via Claudia Augusta. Il s’agit d’une route longue distance qui suit l’itinéraire – dans la mesure du possible – d’une ancienne voie romaine reliant le Danube (Donauwörth) à soit Venise, soit au lac de Garde. Le parcours est plus que tentant et les photos me font rêver.

En prenant l’avion jusque Munich et en faisant l’itinéraire jusqu’à Venise, on tourne autour des 800kms. C’est globalement plus que ce qu’on a fait d’habitude, mais le dénivelé est nettement moins important que notre dernière escapade itinérante jurassienne. Pas d’hésitation; en route!

Nous décollons à 12h05 en direction de Munich. L’embarquement des vélos s’est passé sans soucis. Nous les avons simplement emballé dans du film alimentaire, mis le guidon parallèle au vélo, retiré les pédales et dégonflés les pneus (à la demande des hotesses Lufthansa). Il pleut à Bruxelles, à Munich il fait plutôt ensoleillé.

On récupère les bagages, puis les vélos à la ligne 7A réservée aux « bulky items ». Les vélos arrivent sur un tapis rouiant… Ils ont un peu souffert du transport pas trop soigneux : peinture griffée sur les fourches, câbles de compteur arraché, etc… La prochaine fois on emballera mieux que ça!

On regonfle les pneus, remet les pédales, ajuste les guidons… Il nous faut quasi 50 minutes.

Départ difficle depuis l’aéroport où l’on ne trouve pas d’indication claire pour les accès cyclables. Après quelques hésitations, on finit par trouver la piste cyclabe que nous cherchions, et nous voilà parti vers Munich le long de la rivière Isaar. Le chemin est magnifique, et baigné de soleil. On s’arrête à plusieurs reprises pour prendre des photos…

Arrivée à Munich par de beaux quartiers; la ville est magnifique et rouler dans les rues est très agréable. On se perd à nouveau un petit peu dans le centre de Munich avant de se remettre sur la bonne route vers l’hotel.

Le soir, on sort pour aller manger au Nostos, un restaurant grec pas trop loin, de l’autre côté de la gare, et bien côté sur TripAdvisor. En chemin, on peut profiter de « l’heure bleue » et ses belles lumières.

Le resto est très bon et le service très sympatique. On reçoit, offerts par maison, un alcool (Ouzo) et un petit dessert (flan au fromage ?).

Balade en passant par le centre avant de rentrer se coucher à l’hôtel.


Nous avons enfin trouvé la sortie de l’aéroport!

Petite séance photos…

L’itinéraire le long de l’Isar est magnifique

Et la météo est avec nous!

On approche de la ville

Munich!

En allant au resto, chouette vue sur la gare