Back to TOP

33,99 km – 2:29:06 – 13,67 km/h

Lorsqu’on trace le parcours, on est bien sûr contraints par les endroits où on veut absolument s’arrêter, puis par le cheminement cyclamical, et puis par les possibilités d’hébergement.

Tout ça pour expliquer que l’étape du jour sera très courte…

On se lève de bonne heure, sans pour autant partir très tôt, puisqu’on n’est vraiment pas pressés par les kilomètres qui nous attendent. Pas comme nos voisins de camps, cyclistes eux aussi, qui ont décampé en deux temps trois mouvements.

On fait quelques courses au Spar en passant pour notre déjeuner et pour avoir quelques vivres d’avance.

On déjeune le long de l’eau, au soleil, au son de l’eau qui se fraie un chemin entre les gros cailloux. Une jeune mer se promène en contrebas, au ras de l’eau, son bébé en portage devant elle et son vieux chien en laisse. C’est un bon moment de calme, malgré le tumulte de la Salzach.

Nous roulons vers le Sud. On croise pas mal de gens qui vont manifestement travailler en vélo, des joggers, et des promeneurs.

Passerelle sur la Salzach, à Urstein, AutrichePasserelle sur la Salzach, à Urstein, Autriche

A Hallein, on doit quitter les rives de la Salzach pour passer la montagne et la frontière Autriche-Allemagne. La route vélo n’est pas très bien (voir pas du tout) indiquée et on galère un peu pour trouver notre chemin. On s’offre un petit tour d’Hallein qui est assez mignonne comme ville.

Un homme qui quitte sa maison en vélo nous renseigne sur la route à suivre. Mais malgré ses indications, on doit chercher un peu.

On finit par trouver la petite route qui monte derrière l’église et qui permet de rejoindre la grand’route. Cette pente est absolument démoniaque : je parviens au raccordement sur le vélo, mais j’ai du faire la majeure partie debout sur les pédales.

Dürnberg-Landes strasse, que l'on rejoint par l'AntoniuswegDürnberg-Landes strasse, que l’on rejoint par l’Antoniusweg

La grand’route est beaucoup plus roulante. Mais très vite, on doit prendre à droite direction la frontière. La route est très étroite, ce qui ne retient pas les voitures de l’emprunter. Heureusement que le passage n’est pas trop long. Arrivé au somment, on découvre un magnifique décor d’alpage !

La frontière allemandeLa frontière allemande

Après un passage bien roulant, la route dégringole vers Unterau avec une pente au moins aussi forte que ce que nous avons affronté à la montée… avec peut-être un peu plus de distance. Les freins chauffent ; il n’aurait pas fallu que ça se prolonge beaucoup sans quoi je me retrouvais avec des freins tellement chauds qu’ils ne freinent plus vraiment.

Le reste de la route est plat. On roule le long du Berchtesgadener Ache.

Le Berchtesgadener AcheLe Berchtesgadener Ache

On traverse Berchtesgaden qui est très joli. On aurait peut-être pu s’arrêter ici pour la nuit ; il y avait des hôtels, des restos et un joli centre à visiter. Mais notre but est d’aller voir le Königsee…

Petit chemin en sous-boisPetit chemin en sous-bois

A l’approche du lac, on chemine sous les arbres sur un chemin bien sympathique. On arrive au camping vers midi et demi. La réception est fermée. On décide donc de pousser jusqu’au lac. On y mange les pieds dans l’eau, littéralement. L’eau est glacée et fait du bien pour nous rafraîchir sous le soleil de plomb qui nous écrase un peu.

Pique-nique les pieds dans l'eau, en regardant les canardsPique-nique les pieds dans l’eau, en regardant les canards

Puis, on va de l’autre côté du lac pour aller prendre un jus schorle en terrasse.

Sous le pont de bois couvertSous le pont de bois couvert

Après cet intermède « rafraichissement et hydratation avec vue sur lac », nous retournons au camping où nous pouvons monter le camp. Le terrain n’est pas très folichon. Il y a beaucoup de monde, et je pense que je souffre d’une légère insolation. Je me réfugie à l’ombre d’une grange en bordure de terrain pour souffler un peu.

On retourne au lac à pied, pour faire comme il se doit une petite croisière sur le Königsee. Vu l’heure, on prend un ticket pour Sankt Batholomä. Ce n’est pas le point le plus éloigné du lac, mais on pourra donc y faire un stop, se promener très rapidement avant de prendre le dernier bateau pour rentrer.

Depuis le bateau, les quais de débarquement du KönigseeDepuis le bateau, les quais de débarquement du Königsee

Vu la météo idyllique, la vue est forcément superbe. On voit les courageux qui ont préféré louer une barque…
Le guide donne des indications, en allemand, sur le lac. Il me semble qu’il a un accent assez prononcer et j’ai du mal à vraiment saisir ce qu’il dit. Lorsqu’on parvient à un endroit où le lac se resserre et où deux paroi de roche se font face, le guide sort sa trompette pour nous faire entendre l’écho… Il y aurait moyen de jouer un canon tout seul…

L'église de Sankt Bartolomä, avec un bateau qui accosteL’église de Sankt Bartolomä, avec un bateau qui accoste

On descend à St Bartolomä. On évite soigneusement les boutiques de souvenirs et la buvette pour rendre une petite visite à l’église. Il y a fait frais, et calme. Je pense que l’espace d’un instant je m’imagine sur ce petit bout de terre, entouré l’eau d’un côté et les montagnes de l’autre, sans le trafic incessant des bateaux chargés de touristes…

On s’éloigne rapidement pour une petite promenade vers la fin du lac. On garde un oeil sur la montre, pour être sûr de ne pas louper le dernier bateau du retour.

Le soleil couchant offre de magnifiques lumières.

Le soleil se cache derrière la montagneLe soleil se cache derrière la montagne

On pousse jusqu’au lit de l’Eisgraben, qui nous offre un paysage un peu lunaire. De cet endroit, on peut voir le terminus des bateaux, Salet, à l’extrémité Sud du lac.
Il est temps de faire demi-tour déjà…

EisgrabenEisgraben

Une fois débarqué, on va manger à l’Echostüberl, où nous avons pris un verre dans l’après-midi. Les places sont chaudes ; on doit patienter un peu avant d’avoir une table.
Il fait déjà noir losqu’on quitte le resto, et nous rentrons au camping sous la lueur d’éclairs lointains.

Au moment de rejoindre la tente après le brossage des dents, la pluie commence à tomber. Ce sera un gros orage pendant une bonne partie de la nuit. Heureusement, nous sommes au sec !

Faites connaître Addicted2 au monde entier! →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *