Back to TOP

97,59 km – 15,51 km/h

Après un bon petit-déjeuner à l’hôtel, nous partons en direction de Burghausen.

La météo est bonne, très bonne même. Il fait déjà très bon et on va pouvoir rouler en maillot court dès le matin.

On traverse le Danube, puis l’Inn en empruntant la passerelle piétonne. On jette un dernier regard vers la vieille ville de Passau.

Dès qu’on mettra les roues sur l’autre rives de l’Inn, on passera en Autriche pour la journée… avant de traverser la Salzach pour retourner en Allemagne pour l’étape du jour.
Mais je vais un peu vite. Une petite centaine de kilomètres nous attendent d’ici-là.

Depuis la passerelle piétone qui surplombe l'Inn, vue sur PassauDepuis la passerelle qui surplombe l’Inn, dernier regard vers Passau

On se retrouve donc rapidement en Autriche, sur une petite route qui suit la voie de chemin de fer. Le route se transforme rapidement en chemin, et nous sommes donc sur des voies sans aucune circulation. Que rêver de mieux pour démarrer le voyage ?

Notre chemin suit la voie de chemain de ferLe chemin cycliste suit la voie de chemin de fer

Difficile de connaître le niveau habituel de la rivière, mais il nous semble bien élevé. Le résultat de la tempête de la fin de semaine. Même si le début est plutôt calme.

Sur l’autre rive, de jolies petites choses à regarder tout en pédalant…

Le long de l'InnLe long de l’Inn

Par contre, on est régulièrement ennuyé par des arbres tombés sur notre chemin. On en passe quelques-uns en portant les vélos. On a beau avoir été raisonnable au niveau bagage, ce n’est quand même pas de tout repos. Je me félicite de ne pas avoir emmené la remorque. Avec tous ces obstacles, je serais bon pour décrocher à chaque fois.

Les chemins sont barrés... les arbres tombés rendent de toute façon la progression très difficileA certains endroits, les chemins sont barrés en attendant d’être dégagés des arbres tombés

On croise quelques cyclistes, dont un qui nous conseille de quitter le halage pour traverser le bourg suivant, afin d’éviter tout un passage vraiment pénible. Ses compagnons de voyage arrive au moment où nous le quittons, visiblement découragés par ces passages difficiles.

Heureusement, même si nous aurons encore quelques passages difficile plus loin sur le chemin, on poursuivra la journée sans plus être trop embêté. On dépassera par contre plusieurs équipes en train de tronçonner…

Là juste derrière, l'autoroute...Très gros panneau, le long de l’autoroute

Notre chemin couvert de gravier, est magnifique. On longe l’autoroute, mais à une bonne distance.
Vers midi, on se décide à casser la croûte. On a prévu comme les dernières fois des sachets de pâtes à cuire. Léger (à porter) et digeste dans l’effort. La portion est petite pour deux, mais au besoin on a des barres de sésame… et la possibilité d’aller se ravitailler en route.

Petite tambouille sur la riveMoment cuisine au bord de l’Inn

Le chemin est magnifique. En gravier, certes, mais assez roulant tout de même. Sinueux à souhait, offrant de belles vues, et éloigné de la circulation !

Chemin de rêveChemin de rêve en gravier

Passerelle en bois surplombant les marais

Sur la fin du trajet, la route vélo nous fait emprunter une grand’route fort passante. Apparemment, un passage obligé pour relier deux parties du parcours. Les voitures passent très vite à côté de nous. Si il n’y personne en face, elles décalent, mais sinon pas question de ralentir. C’est assez impressionant. Et c’est sans parler de ceux qui passent vraiment très près.

Douceur, langueur, bonheur

A l’approche de Burghausen, la route vélo plonge dans les bois. On descend sur la rive de la Salzach. Et là, le château de Burghausen se dévoile, au sommet de la falaise sur l’autre rive ! Magique. Mais je dois être un peu fatigué par la journée, puisque je ne prend pas de photos…

En traversant la Salzach, on pénètre à nouveau en Allemagne. Petite surprise : notre hôtel est près de l’entrée du château… au sommet de la colline. Sacrée montée pour terminer la journée ! A quelques kilomètres près, on touchait les 100 !

Faites connaître Addicted2 au monde entier! →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *