Back to TOP
  • Sur les routes namuroises

  • En Brabant Wallon

  • Yorkshire Dales

  • En route vers le Kirstone Pass dans le Lake District

  • En mode tout terrain dans les Dales

  • Dans le Yorkshire

  • Aube brumeuse à Profondeville

  • Sur les routes au coucher du soleil

  • Petite escapade autour de Bruxelles

Destination choisie "Ecosse"

60,03 km * 17,74 km/h

Temps agréable, mais plutôt couvert

Nous quittons Locharron sous un soleil timide qui illumine le Loch. Une fois au bout du village, l’ascension commence ! L’A896 grimpe vers Sanachan.

La route, étroite, serpente dans une vallée sauvage. On ressent presqu’un sentiment d’abandon, de solitude. Un poteau opportunément placé nous offre la possibilité de poser le vélo pour faire une photo de ce « milieu de nullepart ». A peine l’appareil sorti, les voitures n’arrêtent plus de passer !… Comme quoi la vie n’est jamais si loin que ça ! Le paysage n’en est pas moins impressionnant.

Quelques kilomètre plus loin, au bas d’une descente, le village de Shieldaig se présente. C’est à nouveau un joli petit port (un hôtel, deux magasins, …). Nous nous installons sur un banc public pour un petit dîner improvisé ; ce sera le chili con carne cette fois. Il fait beau, quoique le vent souffle un peu, donnant à notre camping gaz du travail supplémentaire pour parvenir à chauffer l’eau… Les beans resteront un peu secs, malgré les dix minutes de « cuisson ».

En passant par le village et en le quittant par son extrémité nord, on rejoint l’A896 tout en ayant évité une grosse côte à plus de 14 %… On ne va pas s’en plaindre. On sera passé aussi devant le camping de Shieldaig : une prairie déserte, avec une pancarte demandant au gens ayant séjourné là de laisser une donation pour l’entretien du terrain…

L’ascension n’est pourtant pas finie… On est récompensé une peu plus loin par une vue magnifique sur le Loch et les alentours. Même les automobilistes et les camping-caristes s’arrêtent : c’est dire !

Le profil du terrain ne tarde pas à s’inverser, et pour une fois que l’on emprunte une pente à plus de 14 % « dans le bon sens » et que la route file droite avec même une petite remontée qui nous fait face, on lache la bête et on se paie une petite pointe de vitesse. 67,60 km/h, record absolu en ce qui nous concerne…

On arrive ainsi à Torridon, et sans un regard ou presque pour ce village qui de Belgique avait fait fantasmer la navigatrice et aurait pu être l’une de nos étapes, nous nous engageons dans le Glen Torridon pour un long passage direction Kinlochewe !!

Et là, quelle vue !! Une vallée terrible, entourée de monts certes modestes comparés au Ben Nevis, mais très impressionnants malgré tout. Deux d’entre-eux, témoins de la naissance même de ce paysage merveilleux, sont de couleur blanchâtre… comme deux moutons blancs au coeur d’un troupeau de brebis noires.
Au milieu de cette vallée, au départ de sentiers de randonnée, un parking… Parmis les quelques voitures garées là, une Jaguar flambant neuve, dont une musique calme et douce s’échappe, sonorisant notre lecture des panneaux informatifs. Au volant monsieur lit son journal. A côté de lui, en silence, madame observe le paysage… Nous les laisserons là ainsi, en repartant plus avant dans le Glen…

En approchant de Kinlochewe, le chemin se fait plutôt descendant ; on aura là un passage assez sympa qu’on avale avec gourmandise en pédalant mollement sur le grand plateau… le pied.

A Kinlochewe, le premier camping que l’on voir est un Caravan Park. Nous nous dirigeons donc vers l’Ouest et le camping de Taagan ; on traverse au passage la réserve naturelle de Beinn Eighe. On trouve le camping un peu par chance, la plaque étant fort petite et éloignée de la route. Le camping est gratuit… et spartiate. Tout juste une pelouse, et, cachée sous les arbres, un petit bâtiment avec toilettes et éviers à l’eau froide… Le tout totalement désert…
Pas trop emballés par ce campement très roots, nous décidons de tenter notre chance au caravan park, dans le village… Les tentes sont acceptées… sur une minuscule pelouse. Deux anglais sont déjà occupés à monter une énorme tente trois chambres ; il nous reste heureusement un (tout) petit emplacement. Ouf, sauvés !

Le pub de l’hôtel ne servant pas de repas le lundi, nous nous rabattons sur « The Teapot », petite annexe de l’épicerie locale. Nous sommes les deuxièmes clients et pensons un instant que nous serons à peu près les seuls. L’ambiance est un peu étrange. La déco est merveilleusement ringarde… Nous commandons nos plats : salade de saumon fumé tiède puis beef burger pour Bri, venison steack pour moi, suivi de deux parts de tarte aux pommes maison (alors que nous n’en avons commandé qu’une). Entre temps, le « restaurant » est devenu the place to be. Est-ce la pression ? Toujours est-il qu’on assistera à un festival d’erreurs de commande et de service. Et on goûtera bien le goût de la pate à tarte fraîche. Par contre, on peut payer par Visa. C’est luxe !!

Allez dodo ! Et c’est pas les ronflements du voisin de tente qui vont m’empêcher de dormir. Par contre, les midges sont déjà bien agaçant !…. Aaargh !

PS. Pas de photo pour aujourd’hui. Le numérique nous a fait sa crise : toutes les photos sont roses !! Un peu comme le vie en vacances.

Mimi

off!

Ensoleillé et chaud!

Aujourd’hui on ne roule pas! L’idée d’aller jusque Gairloch en tandem nous avait traversé l’esprit, mais finalement on optera pour le bus. Qui ne passe qu’une seule fois, mais à des heures qui nous conviennent. Départ à 9h25, direction Gairloch ou plus précisément Strath. Journée super, même si sans vélo dans le chouette village de Strath, ballade jusque Bigsands et retour puis farniente sur les superbes plages de Gairloch. Ca fait du bien parfois!

Farniente sur les plages de Gairloch
Farniente sur les plages de Gairloch

On quitte Gairloch à 18h15 et on retrouve les très sympathique chauffeur du matin, qui est tout rassuré de nous retrouver le soir! Le chemin du retour nous offre un panorama magnifique. Le soleil est en train de se coucher, la lumière est d’une chaleur exquise et toutes les montagnes autour du loch Maree sont absolument superbes.

On réserve au pub de l’hotel où l’on ira se régaler après un passage/douche au camping, avec un excellent poulet sauce paprika pour moi et du foie au bacon pour mi. Je me décide ensuite à gouter un dessert local bien connu, le Sticky Toffee Pudding. Woaw un délice!!! Nous quittons le restaurant, et sourions en passant devant « The Teapot ». On retrouve nos sacs de couchage et nous endormons rapidement malgré le peu d’exercice! 😉

89,04 km * 17,50 km/h

Ensoleillé et torride sur la fin!

Voila la fin de nos vacances qui s’annonce tout doucement… Nous quittons Kinlochewe assez tôt, premièrement avec l’idée en tête d’aller jusqu’à Contin. La route commence directement avec une énorme montée. La route est actuellement en travaux, ils terminent la transformation à deux voies. Nous montons donc péniblement et lentement entre les camions, les rouleaux compresseurs et autres. La montée est vraiment très très dure, et nous sommes bien content d’arriver à un plateau qui en plus nous offre une vue extraordinaire sur Loch Maree.

Ensuite le route monte encore un peu, puis, évidemment, va s’enchainer la descente! Et la nous rattrapons notre moyenne pour l’instant désastreuse! La route est large et tout même fort fréquentée. Le paysage est vraiment en train de changer tout en quittant le Wester Ross, les montagnes se font plus petites, et une fois Acnasheen passé, il devient une peu monotone, surtout en roulant sur une route toute droite.

On passe par des petits villages qui sont indiqués sur la carte, mais qui ne comptent que quelques maisons pas toujours visibles depuis la route!

Après avoir été en quête de toilettes, la question du dîner vient à se poser. Pas évident de trouver un endroit ou manger! Et puis finalement on passe devant un snack pour camionneur, où on se décide à aller, à défaut d’autre chose. Michel prend un sandwich qui s’averera taille régime très stricte, et pour ma part un shrimps & chips; dont les frites sont particulièrement mauvaises! Soit!

On est à quelques kilomètres de Contin, et il est à peine 13h. On fait vite le choix d’aller jusqu’à Inverness, et de profiter de la journée entière pour chiller dans la ville. Ca nous fera certes une longue étape, mais on arrivera encore tôt à Inverness.

La route n’est pas vraiment agréable et plus nous approchons d’Inverness, plus le traffic se fait dense. En approchant d’Inverness, on essaie de prendre un raccourci sur une route plus petite, qui est effectivement fort agréable, mais après une hésitation à un carrefour, nous nous retrouvons sur la grand route que nous venions de quitter…

Nous approchons de l’A9 qui est une véritable autoroute, heureusement la « North sea cycle route » passe par Inverness et il y a donc un itinéraire cycliste! Ouf! Par contre on doit la traverser et c’est déjà un exploit en soi! La route alternative est sympa et relativement bien fléchée.

Nous approchons du pont qui va nous ramener à Inverness. Le vent souffle tellement fort que mon capitaine propose de le passer à pied! Nous croisons un cycliste qui est également en itinérance, mais vu ses bagages il ne doit pas aller au camping! Si je me souviens bien il allait vers John O Groats.

Après quelques kilomètres de plus et une hésitation dans le zoning, nous revoici en terre connue! Nous traversons la ville et regagnons le Bught Camping. On s’installe sous un soleil rayonnant et une fois la tente montée nous nous couchons dans l’herbe et apprécions cette température plus qu’agréable! Après une bonne douche, nous allons en ville nous ballader et trouver un resto pour le soir.

On trouve des pubs nettement moins chers que dans les autres villages! Finalement nous pencherons pour « The Mustard Seed » dont nous avons lu le plus grand bien! Un client entrant dans le restaurant éliminera nos derniers doutes en lancant un « The food is excellent here! ». En plus ils font un menu spécial « early menu » à un prix plus que compétitif. Ouf il est 18h45 et ce menu est applicable avant 19h!

Je prend du melon puis du saumon crispy, pour Mi une salade de pâte, puis le même saumon. Je ne peux pas m’empecher de terminer par un Sticky Toffee Pudding, très bon mais un peu moins que celui de la veille. Mon capitaine prend un tarte aux prunes et amandes qu’il espérait tiède, malheureusement elle ne l’est pas. Ce restaurant mérite sa réputation. La cuisine est excellente, très fine et originale, et le cadre, dans une ancienne église remis au gout du jour est très « tendance ». Avec un lunch à 5,95£, on revient demain midi! Retour au camping et dodo!

Inverness by night
Inverness by night

off!

Pluie non stop!

Aujourd’hui on est off à Inverness! Et on se réveille sous la drache! On fait donc une petite grasse matinée, puis bon on se bouge quand même! On va au Tesco acheter des couques pour le petit déjeuner. Puis après les avoir mangée dans la rue à l’abri de la pluie en observant les ravages qu’ont fait les chassis en PVC blanc dans la ville (héé oui ici aussi). Nous nous mettons ensuite en quête d’un rouleau de collant pour pouvoir recoller notre caisse demain! Il n’y en avait pas au Tesco, on en trouve pas non plus chez Morriston, ni dans d’autres papeteries.. Ca commence bien! Je demande à une vendeuse du Morriston qui me dit d’aller tenter notre chance à la poste. On a un peu de mal à la trouver mais effectivement ils en ont! C’est du collant comme Michel n’aime pas mais bon, on a pas trop le choix!! Waterstones et W.H.Smith n’ont plus de secret pour nous, mais il y fait plus froid que sous la pluie.

On « tue » le temps à l’office du tourisme et dans divers magasins. Puis vient l’heure du lunch! Le restaurant est déjà plein, malgré qu’il soit encore tôt. Je me fais un lunch total saumon (terrine, puis recrispy, mais avec une autre sauce) et Mi un toast tomate mozarella, puis du poulet en sauce au fromage. Pas de dessert car on est full.

On se ballade encore un peu dans la ville, puis nous retournons au camping, lire le magazine vtt qu’on a acheter et glandouiller!

Le soir venu on a plus trop envie de ressortir et je prépare notre avant dernier plat liofilisé sous la pluie! On se couche tôt, pour cloturer cette journée palpitante, mais surtout pour nous lever tôt demain pour rejoindre l’aéroport, démonter le tandem et refaire les caisses.

17,30 km * 21,73 km/h

Couvert, avec passages ensoleillés

Bouhou, notre dernier jour! Ca a passé tellement vite! Comme toujours… Levés tôt donc, on fait les bagages, comme tous les matins (!) Et nous prenons la route. Première étape le Tesco pour un petit dej. On achète des croissants, du lait, des petits pains et une saucisse fumée, comme ca on a aussi notre lunch. Et en route pour l’aéroport. On sait que la route va être pénible. Elle l’était déjà un samedi après-midi, alors un vendredi matin. Et effectivement. Dans notre sens, il y a beaucoup de monde, mais dans l’autre c’est un bouchon continu.

On roule vite, on se fait doubler par plein de voitures et on est super contents d’arriver à l’embranchement avec l’A9039. Ouf! On échappe à ce traffic irritant, mais continuons à rouler vite, vu qu’on a déjà du retard sur le planning 😉

On arrive à l’aéroport en ayant explosé tous les records de vitesse moyenne (non on a roulé une fois plus vite sur le canal)! Je vais au point d’information voir si ils ont toujours notre carton, la femme tombe des nues et ne voit pas de quoi je parle. Hmmm. Elle va se renseigner… oui bien sur suivez moi! ouf! Je retrouve nos cartons dans une pièce parmis plein d’autres… Comme quoi ils ont bien l’habitude les petits cachottiers!

On démonte, dévisse et colle tout en un peu plus d’une heure. On enregistre tout ca. Pas de supplément à payer ici! Et nous voila rassurés, en train de manger nos pains et la saucisse.

Le retour se passe sans encombre et une fois arrivés à Bruxelles, un jeune homme nous amène notre bébé en souriant!

Bon ben c’était pas si difficile que ca! Bon le cadre est bien griffé, mais entièrement de notre faute, on a pas remis les protections sur une des roues et le serrage rapide a un un peu tronçonné le cadre. Mais superficiellement. Je crois qu’on est convaincu et qu’on remettra ca!

Via Claudia Augusta
Découvrez ici notre dernier voyage en date: nous avons suivi l'ancienne voie romaine reliant le Danube à Venise. More
Tandem X2
Le tandem X2 (vtt) des cycles Lapierre. More
Tons of Addons

Tons of Addons

Load up your own sections, themes and plugins using PageLines' one of a kind extension marketplace.