Back to TOP
Destination choisie "Eifel"

68,60km * 4:29:33 * 15,26km/h

Nous avons décidés, en ce long week-end de Pâques de renouveler l’expérience de rouler en Eifel allemande. Cette fois-ci nous voulons allez plus loin qu’Heimbach et faire la totalité de l’Eifel-Höhe-Route.

Nous prenons donc le train en direction d’Eupen et roulons vers Monschau par une route que nous commençons à bien connaitre! Une fois à Monschau, nous suivons la Rur par des routes très buccoliques et sublimées par la végétation resplendissante du printemps.

Nous arrivons ensuite au Rurstausee, où la grimpette vaut une magnifique vue sur le lac. Il fait beau et pas trop chaud, c’est vraiment superbe.

Une fois le Rurstausee passé, il est normalement simple en suivant cette route d’arriver à Heimbach, à nouveau en suivant la Rur et d’arriver par le sud, via un chouette parc. Mais on a du louper une flèche quelque part et n’arrivons pas du tout comme la fois précédente.

Nous passons la nuit au même camping que la fois passée. Souper à Heimbach dans un snack (bolo/pizza), l’image du wienerschnitzel de la taille d’une roue de brompton que l’on sort de la friteuse nous marquera à jamais!

Soleil

Un week-end de 4 jours, ca ne court, malheureusement, pas les rues, et nous avions décidé de nous rendre dans les cantons de l’est, que nous avions eu l’occasion de parcourir sur quelques kilomètres, sous la neige, ou plutot sur la neige et sous le soleil, à pieds quelques semaines avant. L’idée étant de rejoindre Eupen en train, de la suivre le GR qui se rend à Monschau, en empruntant également ce merveilleux principe de balisage que sont les points noeud numérotés. Mais bon laissons le suspense et commençons par le commencement!

Après un mercredi soir orageux et une météo un peu refroidissante, on se décide à ne partir que vendredi matin. Histoire de pouvoir se reposer le jeudi et de préparer nos affaires.

On se lève relativement tot le vendredi donc, assez content d’avoir évité les averses de la veille. On jette notre dévolu sur le train de 8h53, il nous faut une petit dizaine de minutes pour dégringoler jusque la, mais on prend un peu de marge, on ne sait jamais…

En route! Nous quittons notre rue sous un ciel gris, mais avec bon espoir que ca change. Je n’ai pas mon baromètre avec moi car la pile est plate… Nous ne pédalons pas depuis 200 mètres que le pneu avant fait un bruit plus qu’étrange! On s’arrête et on entend le pneu se dégonfler entièrement! Heureusement, mon capitaine est docteur-es-je-remplace-un-pneu-sur-le-trottoir et il arrive à cloturer l’affaire en une dizaine de minutes. Il est 8h44. Ca va être chaud, mais c’est encore jouable. On fonce vers la gare, regardons de quel quai part le train et arrivons vraiment, vraiment juste pour embarquer! Ouf le controleur est sympa et fait attendre le train le temps qu’on embarque tout ça! Bien content d’être dans le train, nous profitons du calme du wagon  pour nous relaxer et pour Michel, se rendre compte qu’il a oublié de prendre un pantalon! Nous ne sommes pas les seuls tentés par une petite escapade cycliste! Plusieurs vélos se relaient, de tout genre. A la journée, avec bagages, il y en a pour tous les gouts!

Nous arrivons à Eupen frais et dispo et prêts à affronter le frais et les côtes! Nous nous mettons donc en route en traversant la ville pour aller rejoindre les bois et le GR. Nous passons par le Wesertalsperre, qui malgré le ciel gris et bouché est sympa. Petite pause sandwiche le long de l’eau bien agréable. Nous croisons bon nombre de marcheurs et quelques cyclistes. L’endroit est idéal pour trekker et rouler. Quel bonheur! Après le lac, nous découvrons une très très belle côte qui va achever de nous réchauffer! Elle dure sur plusieurs kilomètre, de quoi nous rappeler la Forêt Noire, mais la montée est nettement plus facile, ou nous plus en forme, ou la remorque moins chargée, ou bien encore les trois ensemble, mais nous arrivons sans être essouflés en haut.

En haut de la montée, nous voici dans les hautes fagnes et leur paysage typique. Nous effectuons une longue ligne droite avant de rejoindre la grand route qui nous amènera suite à une folle descente à Monschau. Tellement folle et sur route que nous avons déjà décidé que nous reviendrons par une autre trajet après-demain! Le soleil est à présent bel et bien la et nous n’avons que quelques petites gouttes, juste histoire de nous rafraichir! Monschau est superbe, comme toujours, et ce malgré les voitures que nous sommes très étonnés de voir dans les ruelles étroites et les motards qui ne prennent pas la peine de descendre de leur monture et pire, de couper leur moteur lorsqu’ils s’arrêtent pour contempler la ville. Après quelques photos, nous reprenons la route. Nous avons trouvé la Rur, il ne nous reste plus qu’à la descendre en empruntant la Rur Ufer Radweg! Nous quittons Monschau par une petit sentier le long de la rivière, sur lequel se trouve un camping où nous logerons la nuit de samedi à dimanche. Les repérages sont faits!

Le sentier est superbe et en pleine nature, difficile de croire qu’il y a quelques mètres nous étions au milieu de tas de touristes!

Nous enchainons avec une belle montée pour malheureusement rejoindre une route, toute en descente, que nous quittons quelques mètres plus bas. Nous parcourons des vallées superbes, plus ou moins proche de la Rur, plus ou moins proche des voitures. Nous arrivons à Einrur, d’où nous entamons une belle montée pour aller à Rurberg. Ensuite nous retrouvons les sentiers buccoliques en hauteur d’où nous avons une vue plongeante sur la Rursee, absolument grandiose! Quel dépaysement si proche de chez soi!

Le soleil est encore timide et la lumière  pas vraiment franche, mais le spectacle vaut l’effort de la montée!

Une fois la Rursee passée, nous n’avons plus qu’à descendre vers Heimbach. Très jolie descente, que nous devrons remonter demain matin! Nous nous arrêtons dans le village à côté de Heimbach, où se trouve un camping et où nous pensions passer la nuit. Mais je ne trouve personne à l’accueil. Nous prenons donc la route vers Heimbach où se trouvent 2 campings et bien nous en a prit! Nous nous retrouvrons dans un très grand camping, à grande majorité résidentiel ou les tentes sont installées sur une énorme pelouse le long de la Rur. On doit avoir un jardin de 100m2 autour de nous, pas mal! Une fois la tente montée, une grosse averse débute. Intense, mais courte, elle laisse la place au soleil! Nous allons nous doucher, nous nous changeons, strechons un peu puis redescendons au village pour souper. Sachant qu’en Allemagne on mange tôt, on ne tarde pas.

Le centre est très calme, voir mort… Mais on a le choix entre 4/5 restaurant. On en choisit un, mangeons en terrasse où la température est très limite. Un wienerschnitzel énorme pour le cap’tain et du blanc de poulet curry/mandarine pour moi. Après le souper nous montons jusqu’au chateau d’où la vue est superbe, et la fatigue se faisant sentir, nous ne tardons pas à rejoindre nos sacs de couchage pour nuit bien méritée!