Back to TOP
  • Sur les routes namuroises

  • En Brabant Wallon

  • Yorkshire Dales

  • En route vers le Kirstone Pass dans le Lake District

  • En mode tout terrain dans les Dales

  • Dans le Yorkshire

  • Aube brumeuse à Profondeville

  • Sur les routes au coucher du soleil

  • Petite escapade autour de Bruxelles

Destination choisie "Angleterre"

80,19km * 4:13:09 * 19km/h

Au réveil, la pluie a cessé, il fait gris mais sec. Nous prenons notre petit déjeuner et nous apprêtons à ranger notre matériel lorsque je lance un tube de crème sur mon matelas ce dernière se retrouvons entaillé comme par un couteau par l’extrémité du tube. Je vois mon matelas s’effondrer en quelques centièmes de seconde! Shit! Quelle bêtise… Heureusement que c’est la fin des vacances je n’aurai qu’une nuit à passer sur un matelas plat. Normalement, car cette journée ne va pas se passer comme prévu.

Nous continuons à descendre en direction de Hull pour y reprendre notre bateau le lendemain soir. Nous devons donc passer encore une nuit sur la côté et rejoindre Hull le lendemain dans le courant de la journée.

Mais au km 45 voila que notre roue libre décide de nous lacher purement et simplement. Nous voila en fixe, en tandem et avec une remorque. C’est décidemment la journée des poisses! Rouler comme ca est heureusement possible, il faut juste y penser et pédaler tout le temps, sinon le dérailleur remonte et la chaine s’emmêle… On envisage d’abord de trouver une vélociste, mais en trouver un semble déjà peine perdue alors en trouver un qui a de quoi nous aider minute, on n’y pense même pas.

On décide donc de rejoindre Hull directement, au plus court, la on dormira à l’hotel et on ira, le lendemain à l’aise jusqu’au ferry. Il nous faut rejoindre Hull à l’aide de notre carte 250 000. On trouve heureusement des personnes pour nous aider, dont une dame qui avait l’air bien inquiète pour nous (on n’était à ce moment-là plus qu’à une vingtaine de kilomètres de la ville). Cela étant dit on se souviendra toujours de la précision de ses explications sur le chemins à prendre par les petites routes!

Hull

Et nous voila en ville après avoir croisé quelques têtes particulièrement patibulaires juste avant la fermeture de l’office du tourisme qui nous réserve une chambre au Royal Hotel où il y aura de la place pour notre tandem. Pas moins que la salle de réunion, avec tapis rouge, boiseries et lustres extravagants.

Nous nous balladons dans la ville pendant la soirée où flotte une ambiance assez spéciale et pas forcément des plus rassurantes.

Nous regagnerons sans encombre le ferry le lendemain après une journée ensoleillée passée à Hull.

We’ll be back!

71,51km * 4:06:11 * 17,43km/h

Après deux jours sans vélo passé à Robin Hood’s Bay – nous sommes allés jusqu’à Whitby à pied le long de la côte sous un soleil éclatant le premier jour et avons marché dans les moors le second – nous reprenons la route en direction du sud.

Nous quittons Robin Hood’s Bay par une voie de chemin de fer désaffectée qui nous permet d’avoir un très beau point de vue sur la mer. Nous descendons ensuite le long de la mer par des routes – il faut bien avouer – beaucoup moins emballantes que ce que nous avons connus depuis notre arrivée en Angleterre.

Nous avons toutefois un coup de coeur pour Scarborough et ses magnifiques immeubles à front de mer. On espère que Flamborough, où nous passerons la nuit prochaine est du même acabit, malheureusement pour nous, la ressemblance se limite au nom…

Scarborough

Après de longues routes plates et monotones, nous arrivons à Flamborough qui est effectivement nettement moins excitant que Scarborough. Nous ne trouvons jamais le camping où nous pensions passer la nuit. Ou en tout cas si ce qu’on a vu à l’emplacement où nous pensions le trouver est le camping, on préfère ne rien en savoir! Pas de problème, il y a un autre camping. Un truc énorme, heureusement complètement vide en cette saison. Nous sommes accueillis par une drache mémorable, surtout pour le capitaine qui était dehors – moi j’étais en train de payer notre nuit à l’accueil.

Après nous être installés, nous faisons un peu de mécanique sur le tandem, il a une fois de plus bien souffert le pauvre!

Nous nous mettons en quête d’un restaurant dans le village pas très vivant et atterrissons dans un pub où nous mangeons correctement.

Km manquants

C’est sous la pluie que nous nous réveillons et que nous quittons Danby Wiske, après une réconfortant english breakfast. Vu la météo et le peu de km qu’il nous reste à faire pour rejoindre la mer, nous avons décidé de regrouper les 2 étapes suivantes en une seule afin de passer plus de temps à Robin Hood’s Bay.

Nous traversons des moors à l’agréable couleur prune sous une pluie battante par moment. Nous faisons détaler un troupeau de mouton, pourtant en pleine montée, on ne devait pas faire trop de bruit! On peut facilement imaginer que les paysages seraient superbes sous la lumière que nous avons connue les jours précédents. Malheureusement, la pluie ne cesse pas, et nous devrons faire avec toute la journée.

Nous arrivons à Robin Hood’s Bay dans le courant de l’après-midi. Il pleut toujours et le vent souffle assez fort. Nous installons la tente avec vue sur la baie, à côté d’un couple absolument charmant dont l’homme adore parler et se souvient avec excitation de son passage en Belgique et surtout des bières bues – quand nous lui expliquons que nous venons de Bruxelles.

Installation au camping de Robin Hood’s Bay emplacement deluxe

On se ballade dans le village à la recherche d’un restaurant puis jetons notre dévolu sur le restaurant d’un hotel assez select situé près de la mer, un peu en retrait du village. On ne regrette pas notre choix et mangeons un menu absolument excellent, le tout arrosé d’une superbe vin blanc sud africain. Nous revenons au camping par un raccourci qui nous fait traverser un champs de moutons dans le noir total. A l’oreille on n’essaie de ne pas marcher sur un animal endormi, nous avons plus de mal à éviter de marcher dans leurs excréments… La bouteille de vin nous a rendu ronds comme des ballons et nous nous effondrons sur nos matelas une fois arrivés à la tente!

Etape courte et ensoleillée, mais on a pas noté les km!

Nous quittons Keld comme nous y sommes arrivés, c’est à dire sous le soleil. Je discute un peu après notre petit-déjeuner avec deux Australiens retraités qui parcourent le C2C à pieds. Ils me disent avoir croisé des gens qui comptait faire la totalité du parcours en une semaine (on parle tout de même de 190 miles). Eux le faisait relax, en 2 semaines…

Nous quittons donc Keld, ses vallées, collines et moutons pour rejoindre Danby Wiske. C’est à nouveau un tout petit village qui offre du logement pour le C2C. Nous roulons sur des petites routes sympas et ne rencontrons aucune difficulté physique. Nous remontons beaucoup de randonneurs, qui cette fois partagent la route avec nous.

Vu que nous avons peu de kilomètres à faire, nous arrivons vers 14h à Danby, nous installons au camping (qui est en fait le jardin d’une auberge), faisons une lessive puis partons découvrir le village, son église et son cimetière.

Le soleil se couche sur Danby

Il n’y a pas de restaurant, mais dans l’auberge on a la possibilité de commander des plats chinois et de les manger dans la salle à manger. Nous faisons cela et commandons notre petit déjeuner (english of course) du lendemain.

57,21km * 4:30:50 * 12,67km/h

Nous quittons le camping de Shap sous une météo plutôt clémente, après quelques petites gouttes, le ciel s’éclaircit et fait place à un chaleureux soleil. Nous entamons notre étape sur la route mais rapidement, notre trajet nous fais quitter le bitume pour traverser de prairies et champs. Nous évoluons donc sur l’herbe au milieu de végétation et équidés.

Nous nous dirigeons vers Kirkby Stephen avec de temps à autre un bel arc-en-ciel à nos côtés! La lumière est comme souvent depuis le début de ses vacances absolument magnifique. La route encore mouillée scintille dans un décors flamboyant de contrastes. Nous prenons en photo un cycliste en vélo de course qui nous annonce qu’il prend cher comme modèle 🙂 La photo est effectivement pas mal! Nous roulons heureux et émerveillés dans ces superbes paysages et pourtant le meilleur reste encore à venir.

Un cycliste près de Soulby

Nous voici à l’orée de Kaber Fell, le paradis du cycliste sur route – ou tout comme! Un no man’s land exceptionnel proposant de la végétation étonnante, des falaises et forêts de sapins. Le tout sous un ciel très bas et gris et des percées fréquentes de soleil… Une belle photo vaut mieux qu’un long discours.

Kaber Fell

Au Tan Hill Inn, nous quittons cette merveilleuse route pour bifurquer vers la droite afin de descendre vers Keld où se trouve notre camping. Nous tombons nez à nez avec une chèvre qui nous regarde passer tout en se mettant sur le côté. Cette route n’est est pas moins panoramique. A notre gauche, de l’autre coté de la vallée, nous pouvons voir les marcheus du Coast2Coast qui évolue en parallèle de l’autre côté du Stonesdale Deck. Nous entamons une belle descente qui nous offre une fois de plus de superbes vues sur cette vallée. Les couleurs sont éclatantes, on peut dire qu’on s’en prend plein la tr*%¨M! Après une fort belle descente et avoir croisé une troupeau de mouton qui prenait toute la largeur de la route, nous voir à Keld, petit village comptant un restaurant et un camping à la ferme (merci le C2C, sans ca il n’y aurait sans doute rien de touristique!).

La descente vers Keld

Nous nous installons au camping sous une lumière très chaude, faisons un petit tour à pied (on se rend compte à ce moment-là que notre appareil photo vient de rendre l’âme…) puis allons manger au resto. Il y a un monde fou et ca ne restera pas graver dans les mémoires. La petite cabine téléphonique rouge située en face par contre oui.

Nous rentrons au camping, admirons les étoiles puis allons nous coucher, le fond de l’air étant un peu frais pour rester dehors une fois le soleil couché.

On est sans compteur

Après la très belle soirée de la veille, on aurait pu espérer que notre baromètre se trompait et que le beau temps allait continuer. Hé bien nous, nous nous réveillons à l’auberge bercés par le bruits des gouttes de pluie et la superbe vue montagnarde que nous avions hier est remplacée par un brouillard très dense.

Heureusement, un english breakfast revigorant nous attend dans la salle de restaurant! J’émettrai juste une petite réserve sur la tranche de pain passée à la friteuse… Après ceci englouti, nous commençons notre descente sous une petite pluie finalement pas vraiment dérangeante. Nous passons devant le camping où nous aurions pu dormir qui avait l’air chouette puis arrivons au Ulleswater Lake qui dégage quelquechose d’assez magique avec cette météo un peu triste.

Ulleswater Lake

Nous contournons le lac par la rive ouest et arrivons à Pooley Bridge qui est un charmant village et avons même droit à un beau rayon de soleil!

La météo est plus clémente et nous quittons (déjà) le Lake District, sans en avoir vu grand chose malheureusement. Le peu que nous en avons vu nous donne envie de revenir faire le Coast to Coast à pied. Nous sommes à présent sur la variante cyclable de ce chemin de grande randonnée mythique.

Nous évoluons sur des petites routes charmantes et passons dans des villages tout aussi charmants.
Nous passons devant Shap abbey juste avant d’arriver à Shap. Shap étant une fin d’étape du Coast to Coast, il y a un B&B qui fait également camping et quelques restaurants dans la rue principale.
Nous installons notre tente au camping qui propose un confort assez relatif; il faut partager les toilettes avec les poules. Heureusement, les sanitaires sont dans le batiments et sont clean.

Petite balade dans Shap, on choisit un restaurant où on a l’impression de retrouver tous les gens qu’on a vu au B&B, dont les 3 vététistes qui font le Coast 2 Coast. J’ai enfin l’occasion de manger de l’agneau sauce menthe; un véritable délice!

+-70km * 5:16:00 * 12,85km/h

Nous quittons Ingleton et son camping dans les mêmes conditions que nous avons débuté la veille: une brume bien dense. Nous bifurquons directement en direction de Kingsdale, pour rejoindre Dent, où nous étions supposé passer la nuit passée…

Très rapidement nous nous retrouvons à nouveau entourés de paysages extraordinaires. La brume c’est, comme hier levée et nous avons à présent une superbe lumière qui magnifie les alentours.

Nous croisons un couple d’américains sur des beaux vélos touring au look un peu vintage. Ils vont dans l’autre sens et nous les regardons s’éloigner dans cette ambiance superbe.

Kingsdale

Nous arrivons à Dent pour midi. Comme dans quasi tous les villages où nous sommes passés, il y a une magasin où l’on trouve de tout ce qui nous permet de nous approvisionner et de faire un excellent lunch en face de l’église.

En quittant Dent, nous passons devant le camping qui avait l’air bien plus sympa que celui d’Ingleton. Nous croisons ensuite un couple d’Allemands qui se ballade sur un superbe tandem Santana. Wha on aimerait bien l’essayer! 🙂

Nous rejoignons Kendal par des chemins où nous ne croisons aucune voiture. La ville est sympa et la traversée est agréable. Nous crevons en la quittant, du pneu arrière bien sur. Ce qui veut dire décrocher la remorque et tout déballer! Chouette en plus voila qu’il se met à pleuvoir! Heureusement mon capitaine à une certaine expertise en crevaison et c’est rapidement résolu! Nous pouvons nous remettre en route.

Nous arrivons en fin de journée à Windermere après avoir fait pas mal de kilomètres sur la piste cyclable le long de l’A591 où le trafic est très dense. Je parviens à rentrer à l’office du tourisme qui fermait ses portes pour voir où nous pourrons passer la nuit. Il n’y a pas de camping ici, il faut aller de l’autre coté du lac Windermere. Ce qui veut dire encore rouler sur des routes à fort trafic et rebelotte pour demain. On se décide donc à aller vers le nord par une plus petite route et de ne pas passer par Keswick. Un camping est indiqué à quelques kilomètres sur cette route. Ce camping s’avèrera être devenu un centre de vacances avec des chalets en location à la semaine et ce depuis 2 ans minimum! Bon ben c’est pas grave on continue, et donc on grimpe!

Il fait splendide et la lumière de fin de journée est superbe, ce qui fait mieux passer la dénivelée positive. Parce que c’est dur dur encore ici. Arrivés au sommet, au Kirstone Pass, se trouve une auberge qui à l’air sympa. On se décide à y tenter notre chance, si ils ont une chambre libre, on y passera la nuit. Plan B, descendre jusqu’au prochain camping. Pas de plan B pour cette fois, il y a une chambre libre! On passe une chouette soirée au resto de l’auberge, on y mange bien et on commande ce qu’on veut pour notre english breakfast du lendemain matin! Heavy stuff!

58,36km * 4:29:56 * 12,97km/h

Aujourd’hui nous rentrons dans le vif du sujet. Après un avant gout des Moors la veille, une belle montée et des chemins cahotiques où on peut difficilement éviter de mettre pied à terre, on peut se douter de ce qui nous attend pour cette étape!

Nous quittons le camping de Pateley sous une brume terriblement dense et entamons une longue montée sans avoir pu nous échauffer! On a laissé de côté une partie de l’itinéraire prévu 100% hors route et préférons la route.

Nous montons donc sur la B6265 dans une ambiance very british; humidité et brume à gogo. Le spectacle n’en est pas moins impressionnant on entend des moutons sans les voir et les chapelets de rosée sur les toiles d’araignées tissées sur les grillages sont impressionants!

Les côtes le sont également… Après la première côte d’environ 7km, on se retrouve sur du plat. Enfin plus ou moins car à plusieurs reprises, c’est plongeon sur une rivière et bien sur remontée de l’autre côté pour revenir au même niveau. Les panneaus indiquent des montées de 20%! Sur la carte 100 000è d’ailleurs, une simple flèche représente une montée comprise entre 14 et 20%, une double plus de 20. Le ton est donné! Cela dit, les côtes ne sont jamais longues. Heureusement pour nous!

Nous arrivons bientot à Grassington et entrons bientôt – après une belle montée… beh oui – dans le Malham Moor. C’est à nouveau splendide, surtout que la brume s’est levée. Et à nouveau on a du mal. Les côtes sont dures et on se demande pourquoi la remorque est si lourde, pestant sur le fait qu’on pris, comme toujours, trop de brol avec nous. Mais on pédale on s’accroche et on arrive toujours en haut pas très vite mais on y arrive!

La route asphaltée va bientot laisser sa place à des chemins, puis à une vague trace de passage dans l’herbe. On se prépare des pâtes à midi dans un paysage grandiose.

Le chemin se fait de plus en plus discret

On traverse Malham et prenons la direction de Malham Tarn. J’avais prévu une variante où one n’y passait pas, mais on préfère prendre la variante longue et profiter du moment. On sait à ce moment-là qu’on ne dormira pas où c’est prévu, mais tant pis! Et on ne le regrette pas. L’endroit est vraiment superbe.

La suite de l’étape mélange asphalte qui fait du bien au compteur et passages très vtt qui nous ralentissent un max. Mais le choix est difficile; ces passages tout terrain sont extraordinaires et on se retrouve au milieu de rien.

Magnifiques passages VTT qu’on passe à pied.

Nous jetons notre dévolu sur Ingleton pour passer la nuit. Le camping que nous convoitons et qui est sur notre carte est en fait un camping résidentiel. Par chance, il y en a un autre, pas vraiment sexy, le long de l’A65 mais nous n’avons pas vraiment d’autre possibilité.

Soirée à Ingleton, souper pizza.

92,50km * 5:39:26 * 16,35km/h

Après une journée de « repos » nous nous remettons en selle pour continuer notre épopée. Rapide passage au « Costcutter » d’Acomb pour y faire des emplettes (petit déj) et nous reprenons la NR65 que nous ne quitterons pas avant Helperby. C’est très sympa, petit chemin asphalté en pleine nature, le soleil est toujours de la partie, le bonheur quoi!

A Helperby, nous quittons donc la NR65 et commençons le trajet que nous avons tracé sur nos cartes au 100 000è. Et ca commence tout de suite par un super sentier roulant pour quitter le village.

Nous traversons Rippon, partons un peu plus au nord vers Galphay et continuons jusqu’à Swetton où à nouveau nous quittons l’asphalte après une côte mémorable. On arrive en haut transpirants et essoufflés. Pas toujours facile en début de vacances d’être au top de sa forme physique. On a un peu du mal.

Mais il n’est pas question de regretter l’effort fourni. La traversée des Dallowgill Moor est tout simplement fantastique. Finalement le début de la route est en très bon état et on progresse facilement. Ce qui nous permet de profiter pleinement des magnifiques paysages qui s’ouvrent à nous. La lumière est splendide et c’est un moment qui restera gravé dans nos esprit!

La traversée de Dallowgil Moor

Nous ressortons à Bouthwaite, longeons le Gouthwaite Reservoir et nous installons au camping de Pateley Bridge. Soirée à Pateley Bridge dans un très sympathique restaurant.

Aujourd’hui on ne pédale pas, on visite York. Il fait splendide la ville est belle, on profite, visite le musée du train, on se perd dans les petites rue des Shambles.

Un vélo!

Tandem X2
Le tandem X2 (vtt) des cycles Lapierre. More
Via Claudia Augusta
Découvrez ici notre dernier voyage en date: nous avons suivi l'ancienne voie romaine reliant le Danube à Venise. More