Back to TOP
Destination choisie "Schwarzwald"

57,96 km * 14,40 km/h

On a roulé dans les nuages

Il a plu à peu près toute la nuit et lorsque je passe la tête par la fenêtre de la tente on y voit pas très loin. On se dépêche de tout plier et après avoir payé 7 euros pour la nuit, nous arrêtons quelques mètres plus loin à la boulangerie et prenons ce qu’il reste, même une couque qui ressemble à une couque suisse mais qui est en fait une couque au speck. Hmmm super pour commencer la journée! Une cliente de la boulangerie nous demande ou nous allons aujourd’hui et nous souhaite du courage vu la météo.

Il fait froid et il pleuvine et la brume est tellement dense qu’on ne voit pas à 10 mètres devant nous. Nous reprenons la même route que la veille, vers Obertal, pour y retrouver le SWW. Pour se mettre en jambe on monte un peu sur la route, puis nous la quittons pour retrouver les chemins sans voitures (ou presque) qu’on adore. La brume donne une ambiance extraordinaire.

On monte dans la brume
On monte dans la brume

On effectue une belle montée, mais on arrive à garder un bon rythme. On papote même de chose et d’autre sans nous essouffler! Le montée est vraiment belle et agréable. Par moment, on se demande à quoi ressemble le paysage derrière les sapins. On voit du blanc et c’est tout. Peut-être qu’on aurait une vue extraordinaire qui sait! Mais la, purée de pois intégrale! Cela dit c’est magnifique. Les arbres dessinent des formes noires sur un fond blanc. Impressionant!

Après Ruhestein et un bref passage pour la route, on s’offre une très dure montée et je ne suis pas fâchée d’arriver en haut. On s’arrête à un mini-refuge on nous mangeons une délicieuse soupe aux pois bien crémeuse. Courageusement nous mangeons ca dehors, en pensant que la météo va changer. Mais finalement non! Nous avons vue sur une piste de ski, et nous allons encore en croiser plusieurs.

La tête et les pieds dans les nuages
La tête et les pieds dans les nuages

Nous repartons et passons au Mummelsee, joli petit lac rond entouré de sapins et de quelques gros hotels et magasins à touristes et des tas de voitures dans le parking. Heureusement nous retrouvons une « Schranke » qui ferme notre piste aux voitures. Ce chemin est à nouveau très beau, le balisage laisse à désirer mais nous arrivons sans encombres à Hundseck. C’est là que nous effectuons nos derniers coup de pédale sur le SWW.

Vue sur la vallée
Vue sur la vallée

Normalement la destination de notre étape était le camping d’Herrenwies, ce qui ferait une étape fort courte. Donc finalement on choisit de retourner dans la vallée, que nous venons de contempler longuement d’en haut. On va jusqu’à Sand, puis filons à gauche et entamons une descente absolument dingue! De Sand jusqu’à Bühlertal on ne fait que descendre et à une vitesse folle! On explose notre record de vitesse avec la BOB: 73,10km/h! Heureusement que je ne savais pas ca! On profite d’un rue qui monte pour s’arrêter car les freins sont presque en feu! On descend encore jusqu’à Bühl mais la la descente est moins forte. Et à partir de Bühl c’est tout plat. On vient de descendre dans les 1000 mètres de dénivelées et on a gagné 10°!

On repère un camping à Obersasbach et filons par la. Ca remonte un peu sur la fin, et nous ne trouvons jamais l’entrée du camping ou alors c’est cette entrée condamnée et il est fermé? On retourne donc à Sasbach et trouvons une chambre à prix démocratique ainsi qu’un garage pour notre tandem. Après une douche bien méritée, nous nous baladons dans Sasbach et allons manger dans un resto tex-mex dont nous sommes les premiers clients. On trouve ca étrange surtout que c’est très bon. Puis quand nous avons terminé, voila que les clients arrivent. On retombe donc dans des horaires plus connus! On revient dans notre chambre, regardons un peu la télé et nous endormons.

62,51 km * 18,53 km/h

Soleil

Après un bon petit déjeuner copieux nous démarrons notre dernière journée. Il fait beau et chaud, mais nous ne savons pas trop le chemin à suivre, et en ville avec une 150 000è, c’est un peu difficile. On cherche et on se trompe, on tourne en rond pendant un moment. Et enfin, on passe sous l’autoroute! C’était un de nos premiers point de repère. On traverse un joli bois tout plat (!) ou se baladent et jogguent des gens. On espère rejoindre le Rhin au plus vite, car notre but est d’arriver en début d’après-midi à Strasbourg, dans l’espoir d’avoir un train pour Bruxelles dans la journée.

Rheinbischofsheim
Rheinbischofsheim

Après quelques hésitations, nous tombons enfin sur la « véloroute Rhin » et sommes étonnés car nous ne roulons pas le long du rhin, mais en bas de la butte. On décide donc de monter pour rouler le long de l’eau, pour devoir redescendre un peu plus loin car la route est interdire au vélo et marcheurs. Après quelques kilomètres de route asphaltée absolument sublime où on a réussi à tenir du 32km/h sans (trop) se forcer, nous nous retrouvons finalement le long de l’eau.

A défaut de rouler dans des paysages sublimes, comme nous en avons pris l’habitude, on peut rouler à une vitesse décente. C’est toujours ca! L’arrivée sur Strasbourg ne restera pas gravée dans nos mémoires, d’abord le Rhin qui est tout à fait industriel à cet endroit, puis Kehl, notre dernière ville Allemande et enfin Strasbourg qui s’annonce comme ayant « un vélo d’avance ». C’est vrai qu’ils ont fait des efforts pour mettre des pistes cyclables partout. Mais elles sont sur les trottoirs, parfois étroites et qu’on doit emprunter dans les deux sens… enfin bref on est pas convaincu. La gare est malheureusement de l’autre côté de la ville et on fait quelques kilomètres dans ces conditions. Nous arrivons à la gare vers 13h et nous voyons que le train est à 14h26. Impeccable!

Il ne me reste plus qu’à convaincre les vendeuses SNCF que oui on peut transporter un tandem dans ce train, vu qu’on l’a fait à l’aller! Tout ca prend un peu de temps, et le temps d’acheter de quoi manger et de quoi lire dans le train, on nous annonce enfin le quai de départ! Les employés SNCF sur le quai ne sont pas plus au courant que les vendeuses et nous devons courir sur lquai pour rattrapper la voiture-vélo et avons juste le temps de tout embarquer avant que les portes ne se ferment!

Dans le train
Dans le train

Voyage sans encombre et retour à Bruxelles, on nous retrouvons une jolie petite côte pour retourner chez nous!